Coronavirus : Emmanuel Macron à la rencontre des chercheurs au Kremlin-Bicêtre

Coronavirus : Emmanuel Macron à la rencontre des chercheurs au Kremlin-Bicêtre
Emmanuel Macron à Pantin, le 7 avril 2020. (illustration)

, publié le jeudi 09 avril 2020 à 13h57

L'essai Discovery doit tester quatre traitements sur 3.200 patients en Europe, dont 800 en France.

C'est l'un des établissements qui participe aux recherches du programme Discovery, qui doit découvrir un anti-viral efficace contre le Covid-19. Emmanuel Macron a rendu visite jeudi 9 avril aux équipes hospitalo-universitaires du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne),  impliquées dans la recherche clinique sur le coronavirus, a indiqué l'Elysée. Cette visite, qui n'avait pas été annoncée et qui se déroule sans journalistes, "vise à faire le point sur les perspectives concrètes de traitements rapidement disponibles contre le virus", a précisé la présidence.


Emmanuel Macron, accompagné du Pr Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique du Covid-19, devait se voir présenter "différents essais cliniques conduits pour identifier des traitements contre le virus, en particulier les études thérapeutiques menées sous l'égide du programme Discovery (Inserm) et l'étude Corrimuno, développée par l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (APHP) en lien avec le réseau REACTing", a-t-elle ajouté.

Depuis le début de la crise sanitaire, le président Macron a effectué plusieurs déplacements sur le terrain au côté des professionnels qui luttent contre l'épidémie. Il s'est ainsi rendu à l'Institut Pasteur auprès des chercheurs, dans un hôtel réquisitionné pour les sans-abri, à l'hôpital de campagne installé par l'armée près de Mulhouse, dans une usine de masques en périphérie d'Angers et mardi dans une maison de santé en Seine-Saint-Denis.


L'essai Discovery doit tester quatre traitements, dont la controversée hydroxychloroquine, sur 3.200 patients en Europe, dont au moins 800 en France. Uniquement des patients hospitalisés et gravement atteints. Un peu plus de deux semaines après son lancement, entre 530 à 540 patients sont déjà entrés dans l'essai, dans 25 centres hospitaliers en France.

"Pour les premiers résultats et des premières tendances, rien ne sera disponible avant au moins la fin du mois", a prévenu mercredi la Pr Florence Ader qui pilote l'essai. Quatre traitements potentiels sont testés: l'antiviral remdesivir, l'association lopinavir/ritonavir, ces anti-rétroviraux combinés avec l'interferon beta et l'hydroxychloroquine, dérivé de l'antipaludéen chloroquine. 

Un autre groupe de patients reçoit des soins standards car "le seul moyen de prouver le bénéfice" d'un traitement, "c'est de le comparer à la seule référence qu'on connaisse", explique-t-elle. Les anti-viraux ont tous été fournis gracieusement par les différents laboratoires qui les fabriquent, précise encore la Pr Ader. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.