Coronavirus: échos d'une France confinée, 8e jour

Chargement en cours
Romain Banliat est allé fleurir le cimetière de son village, Plerguer en Île-et-Vilaine, avec un camion chargé de 400 à 500 compositions florales de saison, "des primevères, des jacinthes, des jonquilles"
Romain Banliat est allé fleurir le cimetière de son village, Plerguer en Île-et-Vilaine, avec un camion chargé de 400 à 500 compositions florales de saison, "des primevères, des jacinthes, des jonquilles"
1/3
© AFP

, publié le mardi 24 mars 2020 à 20h53

Maintenant c'est chacun chez soi: d'un cimetière breton au Louvre-Lens en passant par des paillassons parisiens, échos d'une France sous cloche, mardi, au 8e jour de confinement.

. Cœur fleuri

A cause de l'épidémie, Romain Banliat, un pépiniériste de 35 ans d'Ille-et-Vilaine, a dû fermer ses deux sociétés et mettre ses employés au chômage partiel alors qu'il venait tout juste d'être livré. 

 Alors, plutôt que de tout jeter "à la benne", il est allé au cimetière de son village de Plerguer avec un camion chargé de 400 à 500 compositions florales de saison, "des primevères, des jacinthes, des jonquilles". 

Les familles, confinées, ne cessent depuis de le remercier "et ça fait plaisir", dit-il. Un appel l'a particulièrement ému, celui d'"une maman qui pleurait au téléphone" car il avait, sans le savoir, "fleuri la tombe de son fils". 

. Confinement béni

Les cloches des églises de France sonneront ce mercredi à 19H30 pendant dix minutes, en "communion de pensée" avec les soignants notamment, a annoncé l'épiscopat catholique, qui invite les "concitoyens" à allumer une bougie à leur fenêtre en "signe d'espérance".

Dimanche à Bourges, le père Stéphane Quessard a, depuis le haut de la cathédrale dont il est le recteur, béni le diocèse du Berry, la ville, les malades et les soignants lors d'une cérémonie diffusée en direct sur YouTube et Facebook. "L'Église l'avait fait aux grandes heures des épidémies de peste ou de choléra", a-t-il précisé à l'AFP.

Dans un immeuble du nord-est de Paris, les habitants ont, eux, eu la surprise de trouver sur leur paillasson quelques chocolats accompagnés de psaumes de la Bible. "Je m'appuie sur le Seigneur et ne faiblirai pas", pouvait-on lire sur l'un des petits cartons, non signés.

. Louvre sur canapé

Aller au musée, oui... mais dans son salon ! Le musée du Louvre-Lens a lancé un blog où sont publiées chaque jour des histoires et tutoriels d'activités autour de différentes œuvres. 

Jeux, quiz, guides, ateliers d'art plastique pour réaliser un théâtre d'ombres ou une marionnette, et même un exercice de maths "à la mode mésopotamienne"... Le public est invité à partager ensuite les résultats de ses créations sur les réseaux sociaux.

.Couvre-feux

Dans les Hauts-de-Seine, Colombes, Puteaux et Asnières ont décidé d'appliquer un couvre-feu entre 22 heures et 5 heures du matin, arguant du non-respect des règles de confinement par des "jeunes récalcitrants à tout contrôle". 

Dans le même département, le maire de Chaville a, lui, décidé d'interdire l'accès aux places publiques de sa ville, sauf aux riverains et à ceux qui ont un rendez-vous médical ou font des courses de première nécessité.

. Les solitaires "plus armés" en ville

Sur les 10 millions de personnes seules recensées par l'Insee, ceux "des grandes villes sont peut-être plus armés pour faire face" au confinement, notamment car ils sont "plus connectés", assure le sociologue spécialiste de la solitude, Sylvain Bordiex . "L'enjeu, c'est par exemple d'être actif sur un compte Twitter ou YouTube, pour ne pas disparaître socialement."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.