Coronavirus : deux nouveaux salariés contaminés à Disneyland Paris

Coronavirus : deux nouveaux salariés contaminés à Disneyland Paris
Trois salariés du parc Disneyland sont positifs au coronavirus

, publié le mercredi 11 mars 2020 à 16h20

Deux nouveaux salariés de Disneyland Paris se sont révélés positifs au Covid-19 ce mercredi 11 mars. Au total, trois membres du personnel du parc d'attractions sont touchés par le virus. 

Deux nouveaux cas de coronavirus ont été détectés au sein des employés du parc d'attractions Disneyland Paris.

Les deux hommes ont été testés positifs mardi 10 mars a affirmé Lucas Gheddab de la CFTC Disney au journal le Parisien. Une information confirmée par l'autre syndicat, la CFDT-Eurodisney auprès de BFM. Les deux hommes étaient déjà confinés chez eux au moment de l'annonce car ils travaillent dans la même équipe que la première personne à avoir été infectée. Cela porte à trois personnes infectées parmi les 17 000 salariés d'Euro Disney.  


Un premier cas de coronavirus relevé durant le week-end

Lundi, la direction de Disneyland a indiqué à l'AFP qu'un employé du parc d'attractions était contaminé."Il s'agit d'un employé de maintenance, d'une équipe de nuit, qui était en arrêt maladie depuis plusieurs jours et qui a été diagnostiqué ce week-end". Ce dernier "n'était pas en contact" avec les visiteurs. 

Le parc reste ouvert au public
 
Pour l'heure, Disneyland Paris reste ouvert au public. Aucune fermeture n'est envisagée sauf si les autorités en décident autrement.Toutefois des mesures de précaution ont été prises par la direction. Ainsi une ligne téléphonique interne dédiée aux employés a été ouverte en semaine. Quant aux princesses avec lesquelles le public avait l'habitude de se prendre en photo, elles ne se déplacent plus que sur des chars pour éviter tout contact avec le public.D'autres mesures sont aussi entrées en vigueur telles que la mise en place de couvertes jetables dans les hôtels et le nettoyage des poignées de poussettes et des fauteuils roulants avec des lingettes précise Le Parisien.  
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.