Coronavirus : cette nouvelle mesure d'urgence envisagée par le gouvernement

Coronavirus : cette nouvelle mesure d'urgence envisagée par le gouvernement ©Panoramic
A lire aussi

publié le mardi 03 novembre 2020 à 18h25

Selon les informations de RTL, le gouvernement songe à solliciter la SNCF pour permettre à des malades du coronavirus d'être pris en charge à bord de TGV médicalisés.

Alors que la deuxième vague du coronavirus s'aggrave jour après jour, le gouvernement envisage de se tourner vers la SNCF. Comme le révèle RTL ce mardi 3 novembre, l'Exécutif, comme il l'a déjà fait à l'occasion de la première vague au printemps dernier, souhaite que des malades touchés par la Covid-19 soit transportés à bord de TGV médicalisés.

Une rame de TGV serait ainsi en préparation dans un technicentre en Île-de-France. Selon les précisions de RTL, cette opération, appelée "Chardon", permettrait de transférer des malades entre régions ou même en Allemagne. Seul point d'interrogation : de nombreuses régions françaises sont aujourd'hui frappées par le Covid-19 ce qui limite les possibilités de transfert.


"Les transferts de patients entre les différentes régions françaises, y compris par TGV sanitaires, ou vers l'étranger font bien partie des réponses envisagées par la stratégie nationale, même si cette dernière ne s'y résume pas", a expliqué à RTL la direction générale de la Santé (DGS). Et d'ajouter : "Les transferts de patients vers l'étranger, qui ne sont pour le moment pas réalisés, sont également une réponse possible aux situations de tensions. À l'instar de l'aide offerte par l'Allemagne lors de la première vague, des transferts de ce type pourraient donc avoir lieu lors de cette seconde vague en fonction des besoins français".

Comme le rappelle RTL, 10 TGV médicalisés ont été organisés en France et ont transporté 202 patients lors de la première vague. Lundi, le ministre de la santé Olivier Véran a indiqué qu'une "quarantaine de transferts avaient déjà été opérés la semaine dernière" par avion ou par la route avant que la situation médicale des patients ne devienne critique.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.