Coronavirus : à Marseille, l'hôpital de la Timone ne s'en sort pas

Coronavirus : à Marseille, l'hôpital de la Timone ne s'en sort pas©Panoramic

publié le lundi 09 novembre 2020 à 10h20

Selon un médecin de l'hôpital de la Timone, à Marseille, la deuxième vague est pire que la première en termes de malades et de décès et son hôpital est submergé.

En Provence-Alpes-Côte d'Azur, les chiffres de la première vague de la pandémie de Covid-19 sont dépassés. Il y a eu 260 décès à l'hôpital fin octobre contre 158 fin avril.

Et "dans les Bouches-du-Rhône, on a plus de 35 morts par jour", déplore, lundi 9 novembre, le Pr Lionel Velly au micro de Radio France. "C'est déjà plus élevé que lors de la première vague ! Et on n'est absolument pas au pic : là, on est à 127 lits de soins critiques à la Timone. Nous avons doublé notre capacitif et la limite, après, cela va être les respirateurs. On a acheté énormément de respirateurs, plus de 80. Et on va être en difficulté si cela ne s'arrête pas", s'alarme cet anesthésiste réanimateur à l'hôpital de la Timone, à Marseille.



Lionel Velly est inquiet pour une deuxième raison : en termes de moyens humains, les capacités de l'hôpital ne peuvent pas augmenter grâce aux "recrutements d'infirmières puisqu'on n'en trouve plus". Selon lui, le dispositif d'accueil au sein de l'hôpital est augmenté parce que des blocs opératoires sont mis à l'arrêt, afin que les infirmières anesthésistes qui y travaillent normalement soient rebasculées vers les services de réanimation.

Pour faire face, l'hôpital est profondément réorganisé. Par exemple, une salle de réveil post-opératoire a été transformée en salle de réanimation pour des patients qui n'ont pas le Covid-19. "On surcharge les salles et ça devient compliqué à gérer", confie à Radio France Sophie Roux, infirmière en réanimation. Des alertes et des inquiétudes déjà exprimées à Marseille avant la deuxième vague mi-juillet et avant le reconfinement le 7 septembre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.