Consommation : le prix de la bière pourrait bientôt augmenter

Consommation : le prix de la bière pourrait bientôt augmenter
(illustration)

publié le mercredi 27 octobre 2021 à 11h17

Le prix de chaque bouteille pourrait progresser de 15 à 30 centimes. Mais le secteur espère convaincre la grande distribution de rogner sur ses marges pour réduire l'impact sur le consommateur.

Après l'énergie, le carburant ou encore le pain, ce pourrait bien être au tour de la bière de connaître une augmentation de prix, a rapporté Le Figaro vendredi 22 octobre.

Les Français en consomment en moyenne 30 litres chaque année.

Cette probable hausse est due en premier lieu, souligne le président du syndicat national des brasseurs indépendants (SNBI), Jean-François Drouin, à "une augmentation du prix de 30%" des céréales nécessaires à la fabrication du breuvage, après une mauvaise année marquée par la pluie et le gel.

Par ailleurs, les 2.300 brasseries françaises sont soumises, comme l'ensemble du pays, au renchérissement de l'énergie. D'autant plus que le secteur est très gourmand en électricité et en gaz. "Certaines cuissons à la vapeur ainsi que le refroidissement et les machines d'embouteillage consomment beaucoup d'électricité", a expliqué au Figaro le patron de la brasserie vendéenne Mélusine, Laurent Boiteau. Au final, selon le syndicat des brasseurs, "les hausses moyennes pour les brasseurs sont de 7 à 15% sur l'énergie".


Et ce n'est pas tout : le prix des emballages aussi a explosé, de +10% à +24%. Idem pour l'inox, matériau utilisé pour la fabrication des cuves. La situation est inédite en 20 ans de métier, a souligné Jean-François Drouin. Même les prix des produits de nettoyage augmentent, a indiqué Le Figaro.

"Pour l'instant, les brasseurs ont pris sur leurs marges", mais "nous allons être obligés d'augmenter nos prix pour compenser nos pertes", a prévenu le président du SNBI. "Il faut que les grossistes et distributeurs prennent aussi sur leurs marges pour contenir au maximum le prix de vente aux consommateurs", a-t-il insisté, craignant sinon une hausse de 5% à 10% pour le consommateur. Un chiffre confirmé sur BFMTV par le directeur général de la brasserie "3 Monts", basée à Saint-Sylvestre-Cappel dans les Flandres, Pierre Marchica. Chaque bouteille pourrait ainsi coûter de 15 à 30 centimes de plus.

Alors que les négociations annuelles entre fournisseurs et grande distribution ont déjà commencé, Jean-François Drouin est optimiste quant à la bonne volonté de cette dernière de limiter la hausse des prix. Il s'est toutefois dit prêt à se tourner vers le gouvernement en cas d'impasse.

Interrogé par Le Figaro. Carrefour a répondu "ne pas avoir connaissance de hausses de tarif à venir de la part de ses fournisseurs de bière" ni de mauvaises récoltes concernant le houblon et le malt. "Il est de la responsabilité de tous les intervenants de la chaîne de travailler au mieux pour que le consommateur ne subisse pas de hausse des prix", a ajouté le distributeur.

La hausse des prix devrait également impacter les cafés, bars et restaurants, qui représentent généralement 50% du chiffre d'affaires des producteurs de bière. "Nous allons devoir réévaluer nos prix de vente pour rester à l'équilibre mais de façon raisonnable car c'est un secteur qui a déjà beaucoup souffert de la crise sanitaire a assuré Laurent Boiteau. Le but n'est pas de leur mettre la tête sous l'eau."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.