Congés de fin d'année : il y aura suffisamment de trains, assure Jean-Baptiste Djebbari

Congés de fin d'année : il y aura suffisamment de trains, assure Jean-Baptiste Djebbari©Philippe LOPEZ / AFP

publié le mercredi 08 décembre 2021 à 12h10

Selon le ministre délégué aux Transports, 3 millions de voyageurs ont déjà réservé leurs billets, soit 50% de plus que l'an passé à la même date.

Y aura-t-il des trains pour les congés de fin d'année ? Oui, a assuré mercredi 8 décembre sur Europe 1 le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari. "La SNCF est tout à fait mobilisée, il y aura le plus de trains possible et un certain nombre sont déjà complets", a indiqué le ministre.

"Nous ferons en sorte avec la SNCF d'être au rendez-vous de ce beau moment de convivialité", a-t-il ajouté.

Selon le ministre, les Français ont déjà "beaucoup réservé". "C'est 50% de plus que l'an passé, soit 3 millions de voyageurs. Ils ont plus réservé et plus en amont", a-t-il indiqué. "Ça veut certainement dire qu'ils ont confiance dans la capacité à se déplacer et qu'ils ont envie de retrouver les leurs pendant la période de Noël", a-t-il souligné.  



Interrogé par ailleurs sur les prix des billets de train, parfois plus importants que ceux des billets d'avion pour des trajets intérieurs, Jean-Baptiste Djebbari a estimé que les deux modèles économiques étaient "absolument incomparables". "Des mesures ont été prises par le gouvernement pour permettre plus de complémentarité entre ces deux moyens de transport. Nous avons posé la règle que les vols de 2h30 n'existent plus quand il y a une alternative grande vitesse et c'est le cas entre Paris et Bordeaux ou Paris et Lyon", a ainsi indiqué le ministre.

"Nous avons un bilan sur le sujet qui est incontestable. Nous avons réinvesti comme jamais dans le système ferroviaire avec 75 milliards d'euros, nous avons demandé à la SNCF - qui l'a fait - de pratiquer une politique de petits prix", a-t-il argué. "Le train est complémentaire avec l'avion sur beaucoup de destination. Et quand le train est en concurrence avec l'avion comme c'est arrivé entre Paris et Bordeaux ou Paris et Strasbourg, c'est le train qui gagne et c'est très bien ainsi. Alors que chacun s'occupe de rendre son secteur attractif", a-t-il estimé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.