Confinements : l'augmentation des violences conjugales inquiète Gérald Darmanin

Confinements : l'augmentation des violences conjugales inquiète Gérald Darmanin©LOÏC VENANCE / AFP

publié le lundi 07 juin 2021 à 17h30

Le ministre a précisé aux préfets qu'en cette  période marquée par le reconfinement, les violences au sein des familles ont augmenté de 20%.

Les confinements répétés dans un contexte de restrictions sanitaires ont-ils généré des violences au sein des foyers français ? C'est ce que redoute l'exécutif. Gérald Darmanin a demandé aux préfets de lui faire un état des lieux des violences intraconjugales graves (homicides, tentatives d'homicide), des cas de "forcenés" et des agressions à l'encontre des services de sécurité, de santé et de secours, au cours des cinq premiers mois de l'année.


Dans ce courrier daté du 4 juin dont l'AFP a eu connaissance, le ministre de l'Intérieur demande aux préfets de lui faire parvenir cet état des lieux "pour le 9 juin" et de l'accompagner "de solutions de traitement" dans "une perspective résolument interministérielle et ambitieuse".

Dans son courrier aux préfets, Gérald Darmanin souligne que les services centraux du ministère ont mis en évidence sur les premiers mois de l'année une augmentation de faits graves de violence. Sur les cinq premiers mois de l'année, les faits de violences intrafamiliales ont progressé de "20%" (par rapport à la même période de 2020) avec une "multiplication des faits de violences intraconjugales (homicides et tentatives d'homicides)", écrit le ministre.

"Traitement différent de la délinquance de droit commun"

Il souligne en outre "une progression de 137% (passage de 24 à 57 cas, sur la même période) des interventions GIGN et RAID sur des individus dangereux retranchés ('forcenés')".

Enfin, il met en exergue "dans un contexte de stabilité général des violences urbaines (sur les 4 premiers mois de l'année), l'augmentation de 28% des violences à l'encontre des services de sécurité, de santé et de secours". "Ces faits et leur gravité", précise-t-il, "doivent appeler une réponse forte pour autant différente du traitement de la délinquance de droit commun".

Le 9 juin est aussi la date à laquelle la mission d'inspection diligentée par Gérald Darmanin, Eric Dupond-Moretti (Justice) et Marlène Schiappa (Citoyenneté), sur les circonstances du féminicide de Mérignac au cours duquel une femme avait été immolée par le feu par son mari, remettra son rapport au Premier ministre Jean Castex.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.