Confinement : "Les contrôles sont une surcharge de travail pour les policiers", alerte un syndicat

Confinement : "Les contrôles sont une surcharge de travail pour les policiers", alerte un syndicat©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

publié le lundi 05 avril 2021 à 19h00

"Nous n'avons pas d'effectifs supplémentaires pour effectuer ce genre de missions", a déploré Rocco Contento, secrétaire départemental Unité SGP Police FO Paris au micro de BFMTV ce lundi 5 avril.

Dès ce lundi 5 avril, 19h, fin de la "tolérance" accordée pour le week-end de Pâques. Les règles qui étaient déjà imposées à 19 départements en vigilance renforcée sont étendues à toute la métropole pour quatre semaines : les commerces jugés non-essentiels doivent baisser le rideau, les déplacements sont limités à 10 km, et pour la première fois depuis le confinement du printemps 2020, les crèches et établissements scolaires seront fermés.


Samedi en Ile-de-France, 6.600 policiers et gendarmes ont été mobilisés pour "veiller au respect des mesures sanitaires", a annoncé la préfecture de police dans un communiqué.

Au micro de BFMTV ce lundi 5 avril, Rocco Contento, secrétaire départemental Unité SGP Police FO Paris, a rappelé la charge de travail des forces de l'ordre.

"Les forces de police de ce pays sont fortement mises à contribution, de part leurs tâches quotidiennes - lutter contre la délinquance, notre coeur de métier -, et les tâches supplémentaires liées à la Covid-19", a-t-il fait savoir.

Une "cacophonie" des consignes

"Les contrôles sont une surcharge de travail pour les policiers. Nous n'avons pas d'effectifs supplémentaires pour effectuer ce genre de missions. Le collègue à Paris, par exemple, fait ses missions au quotidien, il contrôle en priorité la bonne distanciation et le port du masque. Le cas échéant, des contrôles peuvent être fait sur les automobilistes, mais la priorité est surtout donnée à notre coeur de métier : la lutte contre la délinquance", a continué Rocco Contento.


Après la tolérance, la pédagogie, place à la fermeté, et les forces de l'ordre n'y voient pas toujours bien clairs. Le secrétaire départemental Unité SGP Police FO Paris a pointé une "cacophonie" en matière de consignes. "Il y a beaucoup de policiers qui sont un peu désabusés d'avoir eu des instructions parfois contradictoires", a-t-il alerté.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.