Confinement : les assistantes maternelles ont obtenu le droit de travailler pendant les trois prochaines semaines

Confinement : les assistantes maternelles ont obtenu le droit de travailler pendant les trois prochaines semaines
Les micro-crèches seront elles aussi ouvertes, avec 10 enfants maximum.

, publié le vendredi 02 avril 2021 à 17h50

Après un long délai de réflexion et quelques contradictions, le gouvernement a tranché en faveur de la poursuite des activités des assistantes maternelles. 

Après un cafouillage et des annonces contradictoires, Matignon aurait finalement tranché : les assistantes maternelles pourront accueillir les enfants pendant trois semaines pendant le confinement. Jeudi 1er avril, le gouvernement avait d'abord dit qu'elles n'y seraient pas autorisées, avant de se rétracter dans la soirée. 


Vendredi 2 avril, après une réunion entre les services du secrétaire d'État à l'Enfance, Adrien Taquet, et les syndicats et associations relatifs au milieu de la petite enfance, il a finalement été décidé que les assistantes maternelles pourraient continuer à travailler "comme en mars 2020".


Les assistantes maternelles pourront accueillir les enfants pendant les trois semaines de fermeture des crèches et des écoles primaires au mois d'avril. Elles auront le choix : soit elles continueront à travailler, soit elles seront placées en chômage partiel avec une indemnisation à 80%, selon les informations de franceinfo.  

"En cas d'extrême nécessité" 

Les consignes sanitaires seront renforcées pour l'accueil des enfants. "Il sera toutefois fait appel à la responsabilité des parents employeurs pour le recours à l'assistante maternelle en cas d'extrême nécessité", a précisé Nathalie Dioré, secrétaire confédérale de la CSAFAM (Confédération des syndicats d'assistants familiaux et assistants maternels). 

Par ailleurs, les micro-crèches seront elles aussi ouvertes, avec 10 enfants maximum. En France, 280 000 assistantes maternelles accueillent entre un et quatre enfants. 

Depuis le début de l'épidémie du Covid-19, la situation de plusieurs d'entre elles s'est précarisée, certaines préférant garder leurs enfants à domicile, et d'autres étant dans l'impossibilité de travailler.  

Vos réactions doivent respecter nos CGU.