Confinement : 60% des Français ont enfreint les règles

Confinement : 60% des Français ont enfreint les règles
Les français respectent moins le confinement qu'au printemps dernier

, publié le jeudi 12 novembre 2020 à 07h35

Selon un sondage Ifop paru ce jeudi 12 novembre, 60% des Français n'ont pas respecté le confinement décrété par Emmanuel Macron et ont enfreint les règles.

Sortie limitée à une heure dans un rayon d'un kilomètre autour de chez soi, retour de l'attestation, fête privées interdites... Ces règles édictées par le confinement ne semblent plus aussi respectées qu'en mars dernier comme en atteste un sondage Ifop réalisé pour Consolab / 20 Minutes et paru ce jeudi.



60% des Français admettent avoir déjà enfreint les règles

Ils sont 60% à admettre avoir déjà enfreint les règles du confinement.

Les Français ont surtout utilisé les attestations de déplacement pour d'autres motifs que ceux indiqués (24%), se sont promenés au delà de la limite autorisée d'une heure (17%), mais ont aussi vu des membres de leur famille chez les uns ou les autres (23%, soit 8 points de plus qu'au printemps), ou des amis (20%).

Selon Fabio Galeotti, chercheur en économie comportementale au CNRS, plusieurs facteurs explique ce relâchement. En mars, "les Français ont été pris par surprise. On ne savait pas ce qu'était exactement ce virus, on ne connaissait pas les risques", note le spécialiste. Il y avait une peur qui n'est plus présente aujourd'hui.

"Deuxièmement, le confinement était bien plus strict: les écoles étaient fermées, les gens allaient beaucoup moins travailler... Cela aussi fait que la perception du risque était différente de ce qu'elle est maintenant", ajoute Fabio Galeotti.

Un rave pour Halloween et un dîner chez des amis

En mars, ils s'étaient pliés aux règles du confinement. En novembre, ils se permettent un dîner, un rencard, une coupe de cheveu en douce. Jeunes et en bonne santé, ces Français interrogés par l'AFP sont moins effrayés par un virus dont ils ont, disent-ils, désormais l'habitude.

"Lors du premier confinement, j'ai été très sérieux", explique Valentin, 28 ans, banlieusard, "et en mars-avril, quand tu sortais, les rues étaient vides, t'avais limite l'impression que l'armée allait débarquer derrière toi. Là c'est plus du tout la même chose. Et le virus fait moins peur".

Pour le jeune homme, les coups de canif dans le reconfinement ont consisté en "une rave pour la soirée d'Halloween, sur des rails abandonnés en plein Paris, et un dîner chez des amis avec sept ou huit personnes". Il a aussi fait plusieurs kilomètres pour aller chez son coiffeur.

La tristesse atteint des sommets

Toujours selon ce sondage, le moral des Français est au plus bas. Ainsi, ils sont 27% à être victime d'anxiété et 38% de troubles du sommeil. Enfin, le sentiment de tristesse est présent chez 52% des personnes interrogées.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.