Compteurs Linky : les consommateurs vont finalement devoir payer la note

Compteurs Linky : les consommateurs vont finalement devoir payer la note©Panoramic (photo d'illustration)

publié le mardi 01 juin 2021 à 08h55

Alors que lors de leur mise en service, les pouvoirs publics réfutaient l'idée que les consommateurs mettent la main au portefeuille, Le Parisien avance que les usagers vont devoir débuter le remboursement du compteur Linky dès 2022.

Se dirige-t-on vers un nouveau bras de fer entre Enedis et les Français ? En tout cas, l'information révélée par Le Parisien risque de faire grincer des dents, mardi 1er juin. Le quotidien avance que dès 2022, les consommateurs pourraient devoir commencer à rembourser leur compteur Linky.

32 millions de foyers sont déjà équipés, soit plus de 90% du total. Le coût global du chantier se chiffre à 5,7 milliards d'euros, environ 130 euros pour chaque compteur, incluant la fabrication, la mise en place ainsi que d'autres frais. Pourtant, rappelle Le Parisien, en 2011, Éric Besson, alors ministre de l'Industrie et de l'Énergie, martelait que ce nouveau compteur intelligent "ne coûterait pas un centime aux particuliers" français.



Des intérêts élevés pour Enedis ?

De fil en aiguille, différentes analyses et études ont été faites. En 2018, dans son rapport annuel, la Cour des comptes décrivait des conditions avantageuses pour Enedis, société qui déploie les compteurs, moins pour les usagers. Dans le détail, l'entreprise paie 5,39 milliards d'euros, soit la quasi-totalité, du déploiement des compteurs Linky : 10% venant de ses fonds propres, la grande majorité via un emprunt auprès de la Banque européenne d'investissement (BEI) à un taux très intéressant. Mais un processus de différé tarifaire a également été mis en place pour décaler le remboursement dans le temps, ce dernier devant être effectué par le consommateur, rapporte Le Parisien. Et à un taux bien différent de celui de la BEI, occasionnant une jolie marge pour Enedis. Ce dispositif entrerait donc en vigueur dès 2022, avec deux milliards d'euros payés en 2030. La question du reste de la somme demeure en suspens. 

Une augmentation possible de "15 euros sur la facture"

Enedis se défend toutefois et avance que le compteur, par les données récoltées et sa précision, permet de faire des économies, ce qui compensera donc les sommes évoquées. Une source au Parisien nuance néanmoins ce postulat : "Si les gains promis par ce nouveau dispositif ne sont pas aux rendez-vous [...] c'est bien le consommateur et personne d'autre qui payera la différence. Il peut déjà se préparer à sortir jusqu'à quinze euros supplémentaires sur sa facture annuelle pour les sept ou huit prochaines années". Jean-Luc Dupont, vice-président et porte-parole de la FNCCR (Fédération nationale des collectivités concédantes et régies) alerte de son côté sur le fait que si le boîtier devait initialement profiter à tous, le consommateur pourrait bel et bien être lésé. "Il semble bien que le compteur profitera uniquement au distributeur. Auquel cas le consommateur n'a pas vocation à le financer", conclut ce dernier. Affaire à suivre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.