Comportement "ambigu" avec une femme: l'archevêque de Paris demande au pape d'accepter sa démission

Chargement en cours
L'archevêque de Paris Michel Aupetit le 15 juin 2019 à Paris
L'archevêque de Paris Michel Aupetit le 15 juin 2019 à Paris
1/3
© AFP, Zakaria ABDELKAFI

publié le vendredi 26 novembre 2021 à 18h42

Le Vatican tranchera: l'archevêque de Paris Mgr Michel Aupetit a remis cette semaine au pape François sa démission après avoir été accusé dans la presse d'avoir entretenu une relation intime avec une femme, ce qu'il a catégoriquement démenti.

Nommé en 2017, l'archevêque, 70 ans, "a proposé au pape de lui remettre sa démission" par "un courrier envoyé cette semaine", a déclaré à l'AFP le diocèse de Paris, confirmant une information du Figaro. 

Seul le pape peut décider de l'accepter ou de la rejeter.

En 2012, "il a eu un comportement ambigu avec une personne très présente vis-à-vis de lui", a admis le diocèse.

Mercredi sur son site internet, Le Point affirmait que l'archevêque avait eu cette année-là une relation intime et consentie avec une femme, faisant référence à un courriel qu'il aurait envoyé par erreur et laissait peu de doute, selon l'hebdomadaire, sur la relation entretenue.

Il ne s'agissait "pas d'une relation amoureuse" ni d'une "relation sexuelle", a assuré vendredi à l'AFP le diocèse, ajoutant qu'il "s'en était ouvert à sa hiérarchie à l'époque".

"Je reconnais que mon comportement vis-à-vis d'elle a pu être ambigu, laissant ainsi sous-entendre l'existence entre nous d'une relation intime et de rapports sexuels, ce que je réfute avec force", disait Mgr Aupetit dans l'article du Point. Il ajoutait avoir "décidé de ne plus la revoir" et l'en avoir "informée".

La demande de démission "n'est pas un aveu de culpabilité mais un geste d'humilité, une mise à disposition", a souligné le diocèse.

L'archevêque fait ce geste aujourd'hui "parce qu'il comprend qu'il puisse y avoir un trouble chez les catholiques du diocèse", a-t-on ajouté.

"Ce n'est pas en raison de ce que j'aurais dû faire ou pas par le passé - sinon je serais parti depuis longtemps - mais pour éviter la division, si moi-même je suis source de divisions", a précisé Mgr Aupetit à La Croix.

- "Librement"  -

La réponse du pape peut prendre plusieurs semaines, le temps pour lui d'examiner et d'évaluer les raisons qui poussent un prélat a vouloir "remettre sa charge".

Il peut refuser la demande. François avait ainsi d'abord opposé une fin de non-recevoir à plusieurs demandes de démission du cardinal Philippe Barbarin, mis en cause pour ses silences sur les agressions sexuelles d'un ancien prêtre. Il l'avait finalement acceptée en 2020 lorsque l'archevêque de Lyon avait été relaxé en appel.

En juin, le souverain pontife a rejeté la demande de démission de l'archevêque de Munich, Reinhard Marx, qui souhaitait tirer les conséquences de l'"échec", selon lui, de l'Eglise dans "la catastrophe des abus sexuels", notamment dans le diocèse de Cologne.

Initialement, Mgr Aupetit ne souhaitait pas rendre publique sa demande "pour que le pape puisse prendre sa décision librement", a-t-on souligné au diocèse.

Nommé en décembre 2017, l'ecclésiastique fut médecin généraliste en région parisienne pendant onze ans avant d'entrer dans la prêtrise.

Celui qui aime à dire que Dieu lui "a donné rendez-vous sur le tard" a été ordonné prêtre du diocèse de Paris en 1995, à 44 ans, par le cardinal Lustiger. Il y a exercé différents ministères de vicaire et curé, mais aussi d'aumônier auprès de la jeunesse.

Michel Aupetit a été promu évêque auxiliaire en 2013. Un an seulement après, il hérite d'un diocèse de plein droit, celui de Nanterre. Trois ans et demi plus tard, en 2017, celui qui se rêvait "curé de campagne" est hissé à la tête du plus urbain des diocèses.

L'archevêque, qui a eu à gérer l'incendie de Notre-Dame de Paris en 2019, est connu pour ses positions strictes sur la famille et la bioéthique - il a notamment soutenu régulièrement les "marches pour la vie" hostiles à l'interruption volontaire de grossesse (IVG).

Il a aussi eu maille à partir avec les milieux homosexuels en 2012 lors des débats sur le "mariage pour tous".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.