Commerces non-essentiels : Jean Castex refuse la réouverture à cause de la situation sanitaire

Commerces non-essentiels : Jean Castex refuse la réouverture à cause de la situation sanitaire©Panoramic

, publié le jeudi 12 novembre 2020 à 18h30

Depuis le reconfinement le 30 octobre dernier, la situation est tendue entre le gouvernement, les commerces jugés non-essentiels qui ont dû fermer, et les grandes surfaces. Dans son discours, le Premier ministre a expliqué que ces établissements resteraient fermés pendant encore au moins deux semaines.
 
La dégradation de la situation sanitaire en France a poussé le gouvernement à reconfiner le pays le 30 octobre dernier.

En conséquence, nombre de commerces dits « non-essentiels » ont dû rester porte close. Ces établissements aux activités jugées non vitales concernent par exemple les magasins de prêt-à-porter, de jouets, les coiffeurs, les librairies, ainsi que les restaurants et bars qui ne fonctionnent pas en livraison ou en « click and collect », c'est-à-dire que les usagers peuvent aller chercher leurs achats. Le Premier ministre l'a confirmé : tous ces établissements resteront fermés pendant au moins encore deux semaines. "Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif dès maintenant", a-t-il déclaré.


Du changement après le 1er décembre ?

Face à la grogne des commerçants, du patronat, de certains syndicats et de centaines de maires qui ont pris des arrêtés pour garder les commerces ouverts, le gouvernement a tenté de calmer le jeu. Pour garantir une « équité » par rapport aux grandes surfaces toujours accessibles, les rayons non-essentiels des supermarchés ont été fermés. Mais l'inquiétude demeure chez tous ces commerçants qui espéraient une réouverture possible de leur établissement. Le Premier ministre a donc balayé cette requête.

Jean Castex a estimé que la situation sanitaire, seulement deux semaines après le reconfinement, ne permettait pas une réouverture. "Je comprends l'angoisse de ces commerçants qui aspirent à travailler, et qui veulent ouvrir assez tôt avant les fêtes de fin d'année. L'objectif est d'y parvenir, ce moment n'est pas encore venu. Je prends en responsabilité cette décision, elle est lourde et difficile, s'est justifié le Premier ministre. Mon rôle n'est pas dans le sens de la facilité, de céder à la pression, et de faire ce qui serait espéré par beaucoup. Ce serait prendre le risque de tout compromettre, de fermer dans deux semaines pour tout le mois de décembre".

Un soutien massif aux commerçants

Il a néanmoins évoqué l'horizon post-reconfinement. "Des premières mesures d'allègement pourraient intervenir à partir du 1er décembre, mais elles seraient limitées aux commerces", a-t-il expliqué avant de promettre "un soutien massif à tous les commerces et toutes les entreprises qui ont été fermés". Sur ce point, le Premier ministre a été suppléé par le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire. "Beaucoup d'entre eux font la moitié de leur chiffre d'affaires pendant les fêtes de fin d'année. Les commerçants sont au cœur de nos préoccupations". Il a également annoncé une aide pour le paiement des loyers de ces commerçants.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.