Comment les maisons de retraite rationnent la nourriture

Comment les maisons de retraite rationnent la nourriture
"Maisons de retraite : les secrets d'un gros business", a été diffusé jeudi 19 octobre sur France 3.

Orange avec AFP, publié le vendredi 20 octobre 2017 à 12h27

VIDÉO. Une enquête de "Pièces à conviction", diffusée jeudi soir sur France 3, montre les méthodes de certains Établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) privés pour augmenter leur rentabilité.

Tous les postes de dépenses sont concernés, jusqu'au repas.

3,60 à 4,90 euros par résident et par jour. C'est le montant consacré aux denrées par "la plupart des maisons de retraite privées", révèle le reportage de Xavier Deleu. "On a un budget à respecter, donc les consignes sont d'essayer de respecter le prix de revient journalier au centime près", explique au journaliste un cuisinier travaillant dans une maison de retraite du groupe Korian. "Ce prix de revient, c'est pas lourd. Ça va de 4,27 à 4,35 euros maximum. Avec ce montant-là, on fait petit-déjeuner, déjeuner, goûter, dîner. Pour une personne 4,35 euros, c'est vraiment dérisoire".



"VOILÀ COMMENT ON FAIT POUR RAPPORTER DE L'ARGENT AUX ACTIONNAIRES"

Un document interne à l'entreprise, dont "Pièces à conviction" a obtenu copie, montre que 95% des résidents des Ehpad Korian mangent pour 4,35 euros par jour. "On triche sur les proportions", explique le cuisinier. "Si dans une recette, il faut 8 kilos de légumes, on en met 7... On utilise du lait à la place de la crème fraîche dans une sauce. Un litre de lait coûte beaucoup moins cher qu'un litre de crème fraîche".

"En revanche, le résultat final n'est pas le même", poursuit-il. "C'est déplaisant ce travail. En plus, vous avez des personnes âgées qui ont un bon coup de fourchette. Elles n'y trouvent pas leur compte. Donc pour les calmer, de temps en temps, on leur donne une bonne part. Mais on va tricher sur le voisin qui ne mange presque pas. Voilà comme on fait pour rapporter de l'argent aux actionnaires".



Selon l'enquête, Korian a vu ses bénéfices doubler en 2016, à 131 millions d'euros pour un résultat net part du groupe de près de 3 milliards d'euros. Les maisons de retraite sont aujourd'hui "plus rentables que les hypermarchés", ajoute "Pièces à conviction". Le marché pèse entre 25 et 30 milliards d'euros et la demande est grandissante. L'enquête révèle également un rationnement des produits d'hygiène, une sur-occupation des établissements et un manque criant de personnel. "Les dents on ne les fait pas tous les jours, peut-être deux fois, trois fois maximum par semaine", confie ainsi une professionnelle.

Ces situations ne sont pas nouvelles, mais elles pourraient encore s'aggraver à cause notamment de la baisse des emplois aidés. 13 000 postes sont menacés dans le secteur. Près d'un quart des EHPAD sont des entreprises privées à but lucratif et sont gérées par de grands groupes, qui proposent des tarifs qui oscillent entre 2000 et 5000 euros par mois.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.