Collision de Millas : le message déchirant d'une mère à son fils mort dans l'accident

Collision de Millas : le message déchirant d'une mère à son fils mort dans l'accident
Le car scolaire éventré après la collision avec un train à Millas (Pyrénées-Orientales) le 15 décembre.

Orange avec AFP, publié le samedi 30 décembre 2017 à 14h04

"Tu m'as fait un grand sourire et signe de la main et nous avons passé notre journée chacun de notre côté. Puis...

tu n'es jamais revenu". Sandra Chnd a choisi Facebook pour dire toute sa peine après la mort de son fils Teddy, disparu dans la collision entre un car scolaire et un TER survenue à Millas (Pyrénées-Orientales) le 14 décembre. "Lorsque j'ai voulu prévenir ton frère, je suis tombé sur un article disant qu'un train avait percuté un bus scolaire et la photo montrait cette scène du bus éventré. J'ai entendu les hélicoptères (tu étais dans l'un d'eux...je ne le savais pas encore) et toutes sortes de sirènes et là, j'ai compris. L'horreur, l'impensable, l'inimaginable". Elle raconte cette journée meurtrière en s'adressant directement à son fils de 11 ans, décédé dans la collision, comme cinq autres collégiens.

"COMMENT UN PETIT CORPS AURAIT PU SUPPORTER UN TEL CHOC"

Depuis sa publication, le 20 décembre, le message a été partagé plus de 8 000 fois. Il a suscité les réactions de près de 18 000 utilisateurs du réseau social. "Puis tout s'est enchaîné... et lorsque j'ai pu te retrouver enfin très tôt le lendemain, tu étais méconnaissable, tellement abîmé. Comment un petit corps aurait pu supporter un tel choc. C'est horrible. Mais tu t'es battu. Arrêt cardiaque", poursuit-elle. Hospitalisé et plongé dans un coma profond, selon sa maman, le jeune garçon n'a pas pu se réveiller. Après avoir évoqué le caractère de son fils, "joyeux, farceur, plein de vie", cette mère de famille écrit : "Perdre son enfant, c'est tragique, mais dans de telles conditions c'est insoutenable. Je suis dévastée".



Avant de conclure son message, Sandra Chnd évoques les circonstances du drame, toujours floues. "Rien ne te ramènera, je sais, mais on connaîtra un jour la vérité. Cette vérité. Je me battrais pour ça", assure-t-elle.

Le pôle spécialisé dans les accidents et les catastrophes collectives au sein de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) du parquet de Marseille (Bouches-du-Rhône) est chargé de déterminer les causes du drame. Trois familles des victimes ont déposé plainte avec constitution de partie civile, ce qui leur permet d'avoir accès au dossier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.