Collision de Millas : "La SNCF y est aussi pour quelque chose", confie la mère d'une victime

Collision de Millas : "La SNCF y est aussi pour quelque chose", confie la mère d'une victime
La collision a fait six morts et plusieurs blessés parmi les 23 collégiens transportés

Orange avec AFP, publié le dimanche 01 avril 2018 à 13h20

La mère d'un des six collégiens tués le 14 décembre 2017 dans la collision entre un car scolaire et un train à Millas (Pyrénées-Orientales) a exprimé dimanche dans Le Parisien son rejet "des spéculations" et de "la vindicte" populaire autour d'"une coupable toute trouvée", la conductrice du bus.

"Depuis le début, beaucoup de choses se disent dans les médias. Des spéculations qui me semblent erronées et auxquelles je ne veux pas être associée", a expliqué Sandra Chinaud, la mère de Teddy (11 ans) tué dans le drame.

"Malgré la douleur, la haine, j'essaie de rester lucide. Je ne comprends pas ces déballages alors que l'enquête ne fait que débuter. Je ne veux pas qu'elle soit bâclée pour qu'on trouve un coupable".

"Il ne faut rien laisser de côté"

Selon elle, "dans un accident collectif, il y a plusieurs responsabilités. C'est un enchaînement où il ne faut rien laisser de côté". Et d'ajouter : "La conductrice a une part évidente puisqu'elle conduisait le bus". Celle-ci a d'ailleurs été mise en examen, le 20 décembre, pour "homicides et blessures involontaires par imprudence". Mais "il faut attendre les preuves matérielles. Elle fait figure de coupable toute trouvée : le pot de terre contre le pot de fer face à la SNCF, qui y est aussi à mes yeux pour quelque chose".



"Les témoignages sur la barrière - ouverte ou abaissée - sont contradictoires : c'est 50/50. Il faut attendre les expertises techniques et les reconstitutions. Pour que ce drame serve de leçon, il faut prendre le temps", a-t-elle poursuivi. "Sa conviction est qu'un enchaînement de causes et de responsabilités est à l'origine du drame et pas forcément une cause unique", a abondé son avocat Me Éric Moutet au Parisien.

"Aujourd'hui, je ne vis pas, je survis"

"Ce 14 décembre, j'attendais mon fils, comme tous les jours, à l'arrêt du bus qui n'arrivait pas... C'est en téléphonant au frère aîné de Teddy que je suis tombée sur une photo du bus éventré... J'ai entendu les hélicos... Et là, c'est l'horreur, l'impensable", explique-t-elle au quotidien. "Aujourd'hui, je ne vis pas, je survis. J'essaie de tenir pour lui, pour son frère, pour faire la lumière sur ce drame. Je n'ai pas repris le travail. Je ne sais pas comment faire".



"Avec les autres parents, on a été conduits au collège, puis à l"hôpital. On a attendu, attendu... On ne savait rien sinon qu'il y avait des décès et qu'il ne fallait pas qu'il y ait d'erreur d'identification. On m'a demandé son groupe sanguin, des photos...", a-t-elle raconté. "Vers 1h30 du matin, on m'a annoncé qu'il était en réanimation. Pour moi il était là, en 'réa', donc en vie. Ils allaient le sauver... Les médecins n'ont pas réussi. Teddy a été débranché le 18 décembre au soir. Je suis restée jusqu'au bout, 24 heures sur 24, avec lui".

"Mon combat, c'est mon fils", a-t-elle martelé. "Je suis prête à me battre pour trouver la vérité, pour lui et pour les autres enfants", a-t-elle ajouté. La collision survenue le 14 décembre entre un car scolaire et un train à Millas a relancé les questionnements sur la dangerosité des passages à niveau en France. Une enquête est toujours en cours pour déterminer les circonstances de cet accident.

Depuis le jour de l'accident, la conductrice du bus affirme que les barrières du passage à niveau étaient levées lors de la traversée de la voie. Elle assure également que le feu rouge du passage à niveau et la sonnerie d'alarme ne fonctionnaient pas. La version de la conductrice contredit les premières "constatations matérielles" dont a fait état le procureur de Marseille, Xavier Tarabeux, qui vont "plutôt dans le sens d'une barrière fermée", tout comme les témoignages du conducteur du TER et des chauffeurs des véhicules qui se trouvaient de l'autre côté de la voie ferrée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.