Coignard - Nicolas Hulot, idole démonétisée

Coignard - Nicolas Hulot, idole démonétisée©LEPOINT
A lire aussi

LEPOINT, publié le jeudi 17 mai 2018 à 13h05

Le ministre d'État, hier personnalité politique préférée des Français, s'interroge sur son avenir. En l'enrôlant, Emmanuel Macron a fait pâlir son étoile.

« Un ministre, ça démissionne ou ça ferme sa gueule », avait dit Jean-Pierre Chevènement en claquant la porte du gouvernement, il y a plus de 30 ans, pour protester contre le tournant dit de la « rigueur ». Nicolas Hulot, numéro trois dans la liste protocolaire derrière Édouard Philippe et Gérard Collomb, a choisi une autre option : le doute sur son utilité et le sens de son action, exprimé publiquement et à intervalles réguliers.

À chaque fois, cette plainte provoque un déploiement de mamours de la part de l'Élysée et de Matignon. Grâce à ce traitement « calinothérapeutique », l'ex-animateur de

Lire la suite sur LEPOINT

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.