Circulation différenciée : "Les Marseillais ne savent même pas comment on s'y prend", déplore Samia Ghali

Circulation différenciée : "Les Marseillais ne savent même pas comment on s'y prend", déplore Samia Ghali
Samia Ghali à Marseille, le 20 septembre 2017.

Orange avec AFP-Services, publié le jeudi 27 juin 2019 à 12h14

Selon la sénatrice, les Marseillais n'ont pas la "culture de la vignette", et ne savent même pas "où aller la récupérer".

En plein épisode caniculaire, les mises en place de circulation différenciées se multiplient : Paris, Lyon, Annecy, Strasbourg... Et depuis jeudi -pour la première fois- Marseille.

Sauf que la cité phocéenne "est dans le déni", malgré la multiplication des pics de pollution, a dénoncé jeudi 27 juin la sénatrice PS des Bouches-du-Rhône, Samia Ghali.




"Malheureusement, nous avons souvent des pics de pollution, même en plein hiver, ça nous est déjà arrivé à Marseille, a-t-elle déclaré sur franceinfo. Mais c'est la première fois que ce genre de dispositif est mis en place. Ce que je regrette, c'est qu'en réalité, il ne le sera pas vraiment, puisque les Marseillais ne sont même pas au courant et ne savent même pas comment on s'y prend. À Paris, les gens ont l'habitude, mais à Marseille, on ne sait toujours pas où aller récupérer sa vignette ou à quelle vignette on a droit."


La sénatrice dénonce l'attitude des Marseillais face à la pollution. "On est dans le déni total, on fait toujours semblant de ne pas voir, a-t-elle déploré. Toutes les villes font des efforts, comprennent et s'adaptent. Mais nous, on attend le jour de la pollution. (...) Ce sont les autorités qui doivent informer. Et quand on est informé, quand on sait qu'on ne doit pas prendre sa voiture avec la vignette jaune ou rouge ou je ne sais quoi, on s'adapte. Mais pour cela, il faut avoir la culture de ces vignettes. Sauf qu'elle n'existe pas aujourd'hui à Marseille."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.