Cinémas : une réouverture progressive et... sans pop-corn

Cinémas : une réouverture progressive et... sans pop-corn©LOIC VENANCE / AFP

publié le mardi 04 mai 2021 à 20h30

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot a donné lundi soir à l'Assemblée les grandes lignes de la réouverture des lieux culturels. 

Si petits et grands vont pouvoir retrouver les salles obscures le 19 mai prochain, ils devront en revanche se passer de pop-corn, glaces et autres confiseries. La ministre de la Culture Roselyne Bachelot l'a indiqué lundi soir à l'Assemblée nationale, en officialisant les grandes lignes de la réouverture des lieux culturels, qui restent toutefois à "affiner". 



Les cinémas et salles de spectacles assis pourront donc rouvrir le 19 mai avec port du masque obligatoire et une jauge de 35%, dans la limite de 800 spectateurs.

La jauge passera à 65% le 9 juin avant d'être levée le 1er juillet. Les services de restauration et de vente de confiseries ou de boissons resteront fermés dans un premier temps. Selon le gouvernement, il s'agit d'empêcher les spectateurs d'enlever leurs masques pour manger ou boire. Cela répond également à un principe d'équité vis-à-vis des bars et des restaurants qui seront encore partiellement fermés en mai. 

Du côté des musées et monuments, un seuil de 8 m² par visiteur sera imposé à la réouverture, qui "pourrait" être assoupli à 4 m² par visiteur le 9 juin. En ce qui concerne les salles de concert debout, qui restent fermées, des concerts-tests dont deux, à Paris et Marseille, attendent une autorisation ministérielle, seront "une aide pour définir" les protocoles futurs de réouverture. "Une réunion interministérielle (doit avoir lieu) dans les prochains jours pour déterminer si une décision d'autorisation peut-être prise", a précisé Roselyne Bachelot.

La ministre de la Culture a également promis que "toutes les filières" culturelles seraient aidées pendant les semaines de réouverture progressive. "En mai et en juin, les jauges seront limitées" et avec le couvre-feu, "les conditions de reprise seront d'un point de vue économique, dégradées", a reconnu la ministre. 

"Nous ne laisserons tomber personne", a-t-elle assuré, en précisant que "des discussions avec Bercy" devraient "aboutir prochainement" pour accompagner la reprise avec des fonds de compensation des billetteries et une prolongation de dispositifs d'aide en place. Les théâtres privés qui choisiraient de ne rouvrir qu'en septembre pour des raisons économiques seront également "accompagnés".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.