Chômage : pourquoi certains emplois ne sont-ils pas pourvus ?

Chômage :  pourquoi certains emplois ne sont-ils pas pourvus ?©MAXPPP

franceinfo, publié le vendredi 09 février 2018 à 22h31

Il est possible d'avoir une forte affluence à Pôle emploi et des entreprises qui ne trouvent pas de main-oeuvre dans une même ville. Le paradoxe des offres d'emploi non pourvues pose question. Entre 200 000 et 300 000 offres de poste par an sont retirées en France faute de candidats. Comment expliquer ce manque de candidats ? "Si vous augmentez la qualification, si vous modifiez très profondément la formation professionnelle, si vous développez l'apprentissage, si vous organisez mieux les lycées professionnels, à ce moment-là vous aurez un chômage structurel qui diminuera", commente Jean-Hervé Loreinzi, le président du Cercle des économistes.

Quid de l'attractivité des offres ?

Former plus de plombiers, d'ingénieurs, d'électriciens, cela permettrait-il de trouver des…

Lire la suite sur Franceinfo

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
8 commentaires - Chômage : pourquoi certains emplois ne sont-ils pas pourvus ?
  • c est bien beau le pole emploi mais les formations il faut se les payer c est un comble

  • Métier difficile et mal payé. Je comprends les jeunes,changer le salaire et la main d'oeuvre sera présente.

    Aujourd hui les jeunes ont du mal à voir l'avenir.

  • On a créé une multitude de bacs donnant le droit aux études supérieures (même les titulaires de bacs professionnels conçus à l'origine pour le marché du travail tentent leur chance à l'université sans avoir les bases nécessaires ), on a d'autre part dénigré pendant des lustres le travail manuel . Vive les cols blancs ( au chômage) à bas le bleu(au boulot). Je caricature mais le mal est donc fait, les jeunes se détournent des formations professionnelles mêmes si elles donnent accès à des postes qui peuvent être bien rémunérés. D'autre part quel parent rêve que son fils( ou fille )devienne plombier ou boucher ou électricien, chauffeur ou cariste bref des métiers qui embauchent, non il rêve de métier considéré plus noble médecin ou architecte , pilote, notaire ou ingénieur , orthoptiste ou orthophoniste , éducateur ou animateur , chargé de clientèle (banque, assurances, tourisme , communication etc) mêmes si certaines filières sont bouchées .D'autre part il n'y a aucune adéquation entre les formations et les métiers qui recrutent .On continue de former quand il y a demandes des jeunes même si il n'y a pas d'emplois derrière. Il y a aussi la pénibilité de ces emplois , certains essaient mais arrêtent au bout de deux jours préférant buller que de se fatiguer ou se salir .

  • Le jour où l'Education Nationale aura compris que tous les jeunes ne sont pas faits pour être bacheliers et dirigés vers les études dites supérieures on ira dans la bonne voie.

  • c'est pas un emploi qu'on veut...c'est la paye...

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]