Chômage partiel et congés payés : les restaurateurs tirent la sonnette d'alarme

Chômage partiel et congés payés : les restaurateurs tirent la sonnette d'alarme
Les patrons d'hôtels et de restaurants ont peur de ne pas pouvoir payer les congés accumulés par leurs salariés placés en chômage partiel

, publié le lundi 16 novembre 2020 à 17h08

Les salariés placés en chômage partiel continuent d'engranger des congés payés. Les professionnel de l'hôtellerie-restauration mettent en garde contre cette bombe à retardement.

Ce lundi 16 novembre, Bruno Le Maire recevait les partenaires sociaux sur ce sujet brûlant : les congés payés accumulés par les salariés en chômage partiel.

Vendredi c'est Elisabeth Borne, la ministre du Travail qui les a réunis pour discuter du problème. Etaient présents à cette réunion virtuelle : les deux premiers syndicats du secteur hôtellerie et restauration (l'Umih et le GNI), le Medef, Elisabeth Borne, Alain Griset, le ministre délégué aux PME et Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'État chargé du Tourisme.



150 millions d'euros de congés payés

Les restaurants et hôtels ont dû fermer après l'annonce du reconfinement par Emmanuel Macron le mercredi 28 octobre. La mesure a été prolongée jusqu'au 1er décembre a annoncé le Premier ministre Jean Castex lors d'une conférence de presse jeudi 12 novembre.

Or, même si les établissements de restauration et d'hôtellerie sont fermés, leurs salariés placés en chômage partiel continuent d'engranger des jours de congés payés, à raison de 2,5 jours par mois. Le paiement de ces jours de congés payés représenteraient 150 millions d'euros sur l'année, d'après une estimation parue dans Le Parisien.

L'Etat s'est engagé à rembourser le chômage partiel mais rien sur les congés payés. L'Union des métiers des industries de l'hôtellerie (Umih) dans un communiqué de presse paru fin octobre demande à ce que l'Etat les prenne en charge.

Plusieurs pistes évoquées

Lors de la réunion virtuelle qui s'est tenue vendredi, plusieurs pistes ont été évoquées pour faire face au problème écrit BFM Business : permettre au salarié de poser des jours pendant le chômage partiel, placer les reliquats sur un compte épargne temps, permettre une exonération de charges patronales sur les jours de congés.

Début novembre, Elisabeth Borne, au micro d'Europe 1 avait déclaré : "Ça n'est pas une décision d'État" qui prévoit que "l'activité partielle donne droit à des congés payés, c'est un accord qui a été trouvé entre les partenaires sociaux en 2012." Elle avait ajouté que des discussions allaient être entamées avec les partenaires sociaux et avait évoqué la possibilité d'"étaler" les congés payés dans le temps.

Une nouvelle réunion doit se tenir dans quinze jours.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.