Ce qu'a dit Alexandre Benalla en garde à vue

Ce qu'a dit Alexandre Benalla en garde à vue©Panoramic

, publié le dimanche 22 juillet 2018 à 12h05

La garde à vue d'Alexandre Benalla a pris fin samedi soir. Le JDD dévoile ce dimanche ce que l'ex-chargé de mission de l'Elysée a dit aux enquêteurs.

À chaque jour son lot de révélations dans l'affaire Benalla.

Le JDD a dévoilé ce dimanche 22 juillet ce que l'ex-chargé de mission a déclaré aux enquêteurs lors de sa garde à vue. Et visiblement, celui qui assurait la sécurité d'Emmanuel Macron, avait bien préparé sa défense. Selon plusieurs sources, le mis en cause se serait montré coopératif. Il aurait justifié sa présence auprès des forces de l'ordre lors de la manifestation du 1er mai dernier, par une invitation de la préfecture de police. Alexandre Benalla aurait également expliqué que le "référent" censé l'encadrer lui aurait fourni un casque, un brassard et une radio.



Quant aux accusations de violences qui pèsent sur lui, Alexandre Benalla a évoqué l'article 73 du code de procédure pénale, qui autorise à prêter main-forte aux forces de l'ordre si elles se trouvent en difficulté. Ce que l'ex-chargé de mission assure, rapporte le JDD.

Le JDD rapporte également qu'Alexandre Benalla se serait procuré les images de vidéosurveillances des manifestations du 1er mai pour préparer sa défense, sentant le vent tourner. Selon un haut fonctionnaire à qui il s'était confiait avant que l'affaire éclate, Alexandre Benalla avait conscience d'être allé trop loin. "J'ai une merde sur le dos. Je suis allé sur la manif, c'était chaud. Les CRS en prenaient plein la gueule. J'ai pété les plombs", lui aurait-il confié. "Il avait conscience qu'il avait fait une connerie. Il savait que les images tournaient sur les réseaux sociaux", affirme ce proche du mis en cause au JDD.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.