Cartographie de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes

Chargement en cours
 Une exploitation agricole de la Zad de Notre-Dame-des-Landes, le 16 janvier 2018 près de Nantes

Une exploitation agricole de la Zad de Notre-Dame-des-Landes, le 16 janvier 2018 près de Nantes

1/3
© AFP, LOIC VENANCE

AFP, publié le mercredi 17 janvier 2018 à 14h24

La "ZAD" de Notre-Dame-des-Landes, acronyme pour "zone d'aménagement différé" transformé par les opposants en "zone à défendre", est un site de 1.650 hectares dans le bocage nantais à la biodiversité riche, préservé depuis cinquante ans de l'intensification agricole du fait du projet d'aéroport, abandonné mercredi.

Le site, choisi en 1970 pour accueillir un nouvel aéroport du Grand Ouest, à une vingtaine de kilomètres au nord de Nantes et à environ 80 km au sud de Rennes, est principalement constitué de zones agricoles encore majoritairement cultivées et en faible partie de milieux forestiers. 

Délimité à l'ouest par la route nationale 165 reliant Nantes à Vannes et à l'est par la RN137 Nantes-Rennes, le périmètre du projet est entouré de communes rurales, dont Notre-Dame-des-Landes, raccordées entre elles par de petites routes départementales traversant la zone du nord au sud. 

L'une d'elles, la RD281, dite aussi "route des chicanes", est obstruée depuis cinq ans de divers obstacles à la libre circulation. Jonchée de pneus, d'épaves de véhicules et de barricades en tous genres, elle est "gardée" quasiment en permanence depuis des cabanes et miradors. 

La création de la "ZAD" en 1974, pour permettre au conseil général de Loire-Atlantique de préempter au fur et à mesure les terres agricoles, protégeant ainsi ce territoire de tout remembrement, a de facto figé l'ensemble bocager, composé à 98% de zones humides - sortes d'éponges régulant inondations et sécheresses - et situé en amont de deux bassins versants. 

Des cultures, prairies, forêts ou landes humides, mais aussi des sources, ruisseaux et mares abritent une centaine d'espèces protégées, floristiques ou faunistiques, des oiseaux aux chauve-souris. 

Les habitats, fermes et maisons en dur comme squats de qualité inégale, sont présents sur les plus de 900 hectares dédiés à la réalisation de l'aéroport et à la desserte routière. Ils sont plus particulièrement concentrés à proximité des deux pistes dessinées dans le projet de nouvelle infrastructure, au nord-ouest et au sud-est, ainsi que près de la tour de contrôle, au coeur de la ZAD, et du futur barreau routier, au sud. 

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
21 commentaires - Cartographie de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
  • merci aux Zadistes et vive l'agriculture

  • Zone Humide : chez nous , les services de la préfecture refusent la construction d'un lotissement , pourtant nécessaire à la population, sous prétexte qu'il se situe ( pour partie ) en zone humide . On n'y comprend plus rien !

  • Tous ces « zadistes » ne savent rien faire d autre que d’occuper illégalement des terrains depuis des années. C est leur raison de vivre. Maintenant qu ils ont gagné, ils devraient degager. Mais croyez voys qu il y en ait un seul qui ait envie de travailler normalement ?

    On va les avoir sur les bras pendant des années, ils ont déjà annoncé la suite des événements
    Le gouvernement a fait preuve de bienveillance, il faut maintenant faire preuve de beaucoup de fermeté

  • vive l anarchie vive le zadiland
    vive les politiciens qui ont manges leurs corones sur ce dossier

  • Une fois de plus les gens qui prétendent nous gouverner dans le respect des principes démocratiques qui les a fait élire, et qui nous font la leçon pour les respecter, nous les citoyens, ont piétiné allègrement ces mêmes principes et leur parole (n'est-ce pas monsieur Macron époque candidat). Ils appellent cela l'état de droit ! Et tout cela pour la satisfaction d'une poignée d'écervelés (350 parait-il), illégalement installés sur un territoire de 8 millions d'habitants, dont une grande majorité (élus locaux en tête) portaient favorablement ce projet qui était une chance supplémentaire pour le grand ouest.

    On peut toujours présenter les choses à sa façon, seule la réalité compte....

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]