Carcassonne : ouverture du procès en appel d'un octogénaire pour triple meurtre

Carcassonne : ouverture du procès en appel d'un octogénaire pour triple meurtre
Joachim Toro lors de son premier procès à Perpignan le 25 janvier 2016

AFP, publié le vendredi 21 septembre 2018 à 15h19

Le procès en appel de Joachim Toro, un plombier à la retraite de 85 ans, s'est ouvert vendredi devant la Cour d'assises de l'Aude où il devra répondre de trois meurtres et de deux tentatives de meurtre en 2011 à Rivesaltes (Pyrénées-Orientales).

L'octogénaire, à la mâchoire déformée par une tentative de suicide, avait été condamné le 1er février 2016 à 30 ans de réclusion criminelle par les Assises des Pyrénées-Orientales.

Dès l'ouverture des débats à Carcassonne, la défense a demandé le renvoi du procès, notamment en raison d'une perte auditive de 70% de l'accusé, attestée par une expertise médicale.

La Cour d'assises d'appel a rejeté les demandes de renvoi, estimant l'accusé apte à être jugé, permettant ainsi aux débats de se tenir. 

Joachim Toro encourt la réclusion à perpétuité pour avoir, le 3 mars 2011, tiré au fusil de chasse sur sa maîtresse de 29 ans et sa cousine, près de Rivesaltes, avant d'aller tuer au hasard trois hommes dans le centre-ville : Michel Raspaud, un retraité de 72 ans, et deux employés municipaux, Jean-Luc Joffre (42 ans) et Jean-Philippe Abribat (36 ans).

Le plombier retraité avait ensuite tenté de se donner la mort en retournant l'arme contre lui.

Le vieil homme, qui a subi une chirurgie de reconstruction faciale depuis cette tentative de suicide, a toujours soutenu avoir été victime de "chantage" et d'"extorsion" à hauteur d'environ 400.000 euros, de la part de la cousine et de la jeune femme.  

Celle-ci avait accusé M. Toro d'avoir abusé d'elle quand elle était mineure, avant d'évoquer des relations sexuelles plus tardives avec lui en échange d'importantes sommes d'argent, parlant de "50 à 60.000 euros". 

Dans ce volet de l'affaire, une information judiciaire pour "viol" et "tentative de viol" s'était soldée par un non-lieu. Joachim Toro a porté plainte pour "chantage" et "escroquerie" et ses avocats réclament que ces faits soient examinés.

Les deux femmes doivent être entendues par la Cour d'assises de l'Aude, mardi ou mercredi. Le réquisitoire est attendu jeudi, le verdict vendredi prochain.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.