Cantines : des personnalités lancent un appel pour un "bonus bio"

Cantines : des personnalités lancent un appel pour un "bonus bio"
Les plats d'une cantine scolaire (photo d'illustration).

, publié le dimanche 02 septembre 2018 à 18h19

Les signataires d'une tribune publiée dans le Journal du Dimanche (JDD) réclament d'attribuer 164 millions d'euros par an pour les écoles et 330 millions pour l'hôpital.

Sophie Marceau, Audrey Pulvar ou encore Nagui ont signé une tribune publiée dans Le JDD dans laquelle ils réclament "un bonus pour des cantines bio et locales".

La présidente de la Fondation pour la nature et l'Homme (FNH) et 26 autres personnalités, dont Yann Arthus-Bertrand, Nagui ou encore Sophie Marceau demandent le versement pendant trois ans par les pouvoirs publics de ce bonus cantine bio et locale "aux structures souhaitant changer de pratiques".



"Nous voulons accélérer la sensibilisation des enfants au goût et à l'environnement, à la diversité alimentaire et à la connaissance des produits, pour consommer mieux et gaspiller moins", peut-on lire encore dans la tribune.

Manque de moyens

Ce bonus, estimé à 164 millions d'euros par an pour le secteur scolaire, 330 millions d'euros en incluant le secteur médico-social, permettrait à ces structures "de développer et d'inscrire leur projet alimentaire dans la durée".



La loi agriculture et alimentation prévoit l'introduction de 20% de produits bio en restauration collective publique d'ici à 2022.

Les initiatives se multiplient déjà dans des écoles ou d'autres établissements, mais "la généralisation de leurs actions est limitée par le manque de moyens". La création d'un bonus cantine bio et locale permettrait de réussir "la transition vers une alimentation saine", sans pour autant en faire peser le coût sur les familles, plaident encore les signataires de cette tribune.

"Équivalent à 20 euros par an et par enfant, ce bonus est tout à fait justifié et légitime : la santé de nos enfants le vaut bien!", concluent les signataires.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.