Cantines, activités sportives, cours en présentiel, campagne de tests... Ce qui va changer dans les écoles et universités

Cantines, activités sportives, cours en présentiel, campagne de tests... Ce qui va changer dans les écoles et universités
Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, jeudi 14 janvier 2021.

, publié le jeudi 14 janvier 2021 à 19h15

Si le gouvernement a décidé de renforcer les règles sanitaires au sein des établissements scolaires, le mot d'ordre est de "tout faire" pour éviter une nouvelle fermeture des écoles.

"Nous souhaitons tout faire pour éviter" la fermeture des écoles, a réaffirmé, jeudi 14 janvier, le Premier ministre Jean Castex, lors d'un point de situation sur l'épidémie de Covid-19. Si le chef du gouvernement a estimé que la situation était "maîtrisée" mais "fragile", "l'émergence de nouvelles souches plus contagieuses" du coronavirus inquiète le gouvernement, le poussant à prendre de nouvelles mesures, notamment pour les écoles et universités.



Qualifiée par le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer de "maillon faible de l'organisation, puisque c'est le moment où on enlève les masques", les cantines scolaires vont faire l'objet d'un protocole sanitaire renforcé.

En ce sens, il n'y aura "pas de brassage possible pendant le repas entre les classes. Les élèves d'une même classe mangeront tous les jours ensemble et à une même table", a-t-il indiqué. Quand ce n'est pas possible, le temps de prise de repas pourra être "allongé" et, "en dernier recours", un repas à emporter pourra être proposé aux enfants, a-t-il ajouté.

En outre, les activités physiques scolaires et extrascolaires en intérieur vont être suspendues "jusqu'à nouvel ordre" pour faire face à l'épidémie, a indiqué le Premier ministre. "Toutes les pratiques (sportives) d'intérieur sont suspendues, c'est vrai en milieu scolaire, en milieu extrascolaire (...) pour quelques semaines probablement", a précisé ensuite le ministre de l'Education. En sport amateur, les mineurs avaient repris le sport à l'extérieur fin novembre et en intérieur le 15 décembre (avec respect du couvre-feu à 20h et pas pour les pratiques avec contact) à la veille des vacances de Noël. Les cours d'EPS et périscolaires n'avaient pas été arrêtés.

Dans les lycées, le fonctionnement hybride présentiel/distanciel va être prolongé après le 20 janvier. Même si "la circulation reste relativement maîtrisée, nous devons nous adapter sur certains points pour maintenir la protection la plus étendue possible pour les enseignants et les élèves", a expliqué Jean-Michel Blanquer. "Notre recommandation est que les Terminales soient le plus possible en présence", a ajouté le ministre, en prévision des épreuves du baccalauréat. Le mode hybride est également autorisé de façon exceptionnelle dans certains collèges.

A l'université, les étudiants de première année pourront reprendre par demi-groupes les travaux dirigés en présentiel à partir du 25 janvier, a annoncé le chef du gouvernement. Cette mesure s'étendra ensuite, "si la situation sanitaire le permet, aux étudiants des autres niveaux", a-t-il ajouté, en exprimant la "préoccupation" du gouvernement face au "profond sentiment d'isolement, mais aussi les vraies difficultés pédagogiques" des étudiants.

Le gouvernement souhaite également mettre en place une campagne de dépistage des élèves et des enseignants, comme l'avait annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran un peu plus tôt dans la journée, lors d'un déplacement à Metz (Moselle). "Nous avons monté un protocole qui vise à dépister jusqu'à un million d'enfants et d'enseignants par mois, ce qui est énorme", a déclaré le ministre. En outre, le "traçage des cas contacts va continuer", a indiqué le ministre de l'Education. "Lorsque trois cas seront avérés dans un établissement, tous les personnels, collégiens et lycéens se verront proposer un test dans les 48h", a-t-il ajouté.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.