Camargue : un marin pêche une bombe de la Seconde guerre mondiale

Camargue : un marin pêche une bombe de la Seconde guerre mondiale
Une opération de déminage au large de Bastia, en juin 2015 (illustration)
A lire aussi

, publié le vendredi 29 mars 2019 à 18h30

Selon les estimations, il resterait environ 100.000 engins explosifs encore immergés en Méditerranée.

Un pêcheur a trouvé dans ses filets une bombe de 30 kg datant de la Seconde guerre mondiale au large de la Camargue. Le Groupement de plongeur démineur (GPD) de Méditerranée est intervenu sur la munition qui "fort heureusement n'a provoqué aucun incident", précise la préfecture maritime, dans un communiqué publié vendredi 29 mars.

Environ 100.000 engins explosifs reposeraient toujours au fond de la mer Méditerranée, la plupart datant de la Seconde guerre mondiale, selon les estimations. La préfecture maritime avertit que "ces munitions représentent un réel danger pour les usagers de la mer", et rappelle les mesures de sécurité à prendre dans de tels cas.


Outre l'interruption de "toute manœuvre de relevage", le pêcheur doit prévenir le sémaphore (poste de signalisation et surveillance établi sur la côte, ndlr) le plus proche, comme l'a fait jeudi le pêcheur, ou le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (Crossmed).

Jusqu'à 300 euros de "récompense""Si l'engin est bloqué dans les filets ou déjà à bord, il convient de ne pas s'approcher, même passagèrement, à moins de 2.000 mètres de toute installation portuaire, de tout rivage fréquenté, de tout autre bâtiment et à plus forte raison d'entrer dans un port", insistent les autorités. Le signalement en mer d'une munition historique est défrayée à hauteur de 90 euros pour les particuliers (plongeurs, scaphandriers, etc.) et 300 euros pour les navires (professionnels de la mer). En revanche, le non-respect de ces consignes de prudence est passible d'une amende, ajoutent-elles.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.