Calendrier scolaire : les vacances de la Toussaint font polémique

Calendrier scolaire : les vacances de la Toussaint font polémique
Les dates des vacances de la Toussaint 2016 créent la polémique. Ici, des parents accompagnent une écolière à Marseille, le 1er septembre 2015. (Illustration)

, publié le mardi 30 août 2016 à 13h40

Chaque année apporte son lot de polémiques autour de l'école. Après les nouveaux rythmes, c'est aujourd'hui le calendrier des vacances scolaires qui pose problème.

Les vacances d'été ne sont pas encore terminées qu'une polémique sur les prochaines vacances éclate.

C'est la pause de la Toussaint qui pose problème aux parents d'élèves, mais également au secteur hôtelier. En cause, les dates : la fin des cours aura lieu en milieu de semaine, le mercredi 19 octobre, et la reprise le jeudi 3 novembre.

C'est la présidente de la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE), Liliana Moyano, qui a sonné la charge. "Ce calendrier ne prend absolument pas en compte les besoins et les difficultés des familles qui devront poser des RTT supplémentaires pour garder leurs enfants en milieu de semaine, ou trouver une solution de garde, (...) ce qui n'est jamais simple", a-t-elle déploré dans les colonnes du Figaro. Elle dénonce un "passage en force" du ministère de l'Education, contre l'avis du Conseil supérieur de l'Education nationale.

UN NON-SENS ÉCONOMIQUE

Les professionnels du tourisme ne sont pas beaucoup plus satisfaits de la situation. Ce calendrier est un "non-sens économique", s'est insurgé le représentant du syndicat hôtelier UMIH, Thierry Grégoire, interrogé par Europe 1. "La durée des locations est gérée du samedi au samedi, a-t-il expliqué. C'est également un non-sens par rapport aux transports."

Face aux critiques, le gouvernement s'entend pas céder. "Le calendrier a été voté en l'état pour trois ans, et il ne changera pas", a tranché le ministère de l'Education, joint par Le Figaro. D'autant plus que pour les services de Najat Vallaud-Belkacem, c'est la bonne solution. Le calendrier permet de respecter le rythme des enfants et de ne pas dépasser 7 semaines de cours après la rentrée. Un argument balayé par la FCPE. "Ces vacances en milieu de semaine créent une rupture chez l'enfant", estime Liliana Moyano. On devrait prendre en compte l'intérêt de l'enfant".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.