"C'est de l'affabulation" : accusé de viols, Patrick Poivre d'Arvor s'exprime chez "Quotidien"

"C'est de l'affabulation" : accusé de viols, Patrick Poivre d'Arvor s'exprime chez "Quotidien"
Patrick Poivre d'Arvor, le 11 septembre 2019 au Festival de Deauville.

, publié le jeudi 04 mars 2021 à 09h30

Après le dépôt de plainte de Florence Porcel pour viols, l'ex-star du JT de TF1 s'est exprimé mercredi 3 mars dans l'émission de Yann Barthès. Une interview décriée sur les réseaux sociaux. 

"C'est de l'affabulation".

Accusé de viols par Florence Porcel, Patrick Poivre d'Arvor a une nouvelle nié en bloc mercredi 3 mars sur le plateau de "Quotidien", sur TMC. 



Après la plainte de l'écrivaine, qui reproche au journaliste et romancier, aujourd'hui âgé de 73 ans, un rapport sexuel non consenti en 2004 et de lui avoir imposé une fellation en 2009, le parquet de Nanterre a ouvert mi-février une enquête préliminaire. Des accusations aussitôt contestées par l'ex-star du JT de TF1, notamment via un communiqué publié sur Facebook le 19 février dernier, et dont il s'est à nouveau défendu mercredi soir face à Yann Barthès. "Il y a tellement de saloperies qui ont été dites que je voulais m'en expliquer", a-t-il justifié. 

"Une sorte de fascination"

Le journaliste a relaté sa première rencontre avec Florence Porcel, en 2004, à la demande de cette dernière. L'entretien s'est déroulé à TF1 durant "15-20 minutes". Le lendemain, elle lui aurait envoyé un message pour le remercier : "Je sentais que j'avais troublée la jeune femme mais elle ne faisait référence à rien de répréhensible qui se serait passé la veille", a-t-il expliqué, assurant qu'il "ne s'est rien passé".

"J'ai dû voir cette femme cinq ou six fois maximum en 17 ans", insiste-t-il, décrivant un "rapport d'entraides" entre eux. La jeune femme lui aurait beaucoup écrit, "pour un mémoire, une interview pour France-Soir, ou la circulation d'un CV". "J'ai beaucoup rendu service", a estimé l'ancien journaliste, qui ne comprend pas ses accusations. "S'il y a eu tentative de séduction, elle ne vient pas de moi", a-t-il assuré. "Il est possible qu'il y ait eu si ce n'est une emprise, une sorte de fascination", a-t-il ajouté. 

Patrick Poivre d'Arvor et Florence Porcel ont-ils eu des relations sexuelles ? "Je n'ai jamais parlé de ma vie privée et de ma vie sexuelle", a-t-il balayé, assurant qu'il n'avait jamais "accepté une relation qui ne serait pas consentie ou forcée, que ce soit sentimentale ou sexuelle". 

Pour lui, ces accusations servent à la promotion de son livre. Dans son roman "Pandorini" sorti début janvier en toute discrétion, Florence Porcel met en scène une narratrice qui lui ressemble beaucoup et un acteur extrêmement célèbre qui vient de mourir, Jean-Yves Pandorini. Elle y relate des faits similaires à ceux qu'elle affirme avoir vécu avec le journaliste. 

"Cela m'est apparu dingue, j'oscille entre la colère et une forme de compassion. Qu'est ce qu'il se passe dans la tête de cette femme pour passer de la fascination à la fixation?", s'est emporté mercredi soir Patrick Poivre d'Arvor. "C'est de l'affabulation (...) Cette accusation me révolte, c'est pourquoi je sors de mes gonds", a-t-il poursuivi.

"Petits bisous dans le cou"

PPDA a confirmé qu'il porterait plainte pour diffamation contre Florence Porcel mais aussi contre Le Parisien qui a révélé l'affaire et l'ensemble des "médias qui en ont fait leurs choux-gras". "On a dit des horreurs, que j'avais uriné sur le canapé de Claire Chazal. Interrogez-la, elle est horrifiée par ce type d'attaque. On a dit que mon assistante m'amenait des McDdo' dans mon bureau. Interrogez -la, elle est révoltée. Elle aussi, porte plainte". "Tout est faux du début jusqu'à la fin", a-t-il martelé.

L'ancien journaliste de TF1 a toutefois reconnu appartenir "à une génération où le jeu de la séduction a de l'importance". "Ce comportement, où il y avait parfois des petits bisous dans le cou, des petits compliments, du charme ou de la séduction, n'est plus accepté par les jeunes générations", a-t-il concédé. S'il a "regretté" cette attitude et reconnu avoir "peut-être dragué", il a en revanche considéré n'avoir jamais "fait de drague lourde".

Colère des internautes

Cet entretien a été vivement commenté sur Twitter, certains internautes dénonçant l'attitude de Yann Barthès, trop complaisante selon eux. 






Cette nouvelle affaire éclate alors qu'une vague d'accusations d'agressions sexuelles et d'incestes ont été portées ces dernières semaines contre des intellectuels ou hommes de pouvoir français. Le politologue Olivier Duhamel, l'artiste Claude Lévêque, l'acteur Richard Berry ou encore le producteur de télévision Gérard Louvin et son mari se sont trouvés accusés de viol par des proches, mineurs à l'époque. Le président du Centre National du Cinéma Dominique Boutonnat et l'homme politique pro-Frexit François Asselineau ont eux été inculpés d'agressions sexuelles.

Les accusés démentent tandis que les enquêtes se multiplient.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.