France

"C’est comme si j’avais la force d’un super-héros" : la petite fille qui a secouru sa mère raconte

Quelques jours après l’emballement médiatique autour du sauvetage d’une mère de famille par sa propre fille âgée de 7 ans, Lahna et Massiva sont revenues auprès du Parisien sur cette journée mouvementée.

C’est une journée dont mère et fille se souviendront longtemps. Le 13 juillet dernier, rappelle Le Parisien, Lahna, une fillette de 7 ans compose le numéro des pompiers après avoir trouvé sa mère inanimée dans sa chambre. "Maman était allongée sur le ventre. Je l’ai encore appelée. Mais elle ne voulait pas se réveiller", se remémore-t-elle. Une fois en communication avec les secours, la jeune fille leur transmet différentes informations cruciales comme l’adresse du pavillon où elles se situent, à Limay (Yvelines).

Une jeune fille pleine de sang-froid

Au fil de la conversation qui a été massivement partagée sur les réseaux sociaux, Lahna exécute méthodiquement les gestes que l’opérateur lui explique. Elle commence ainsi à placer sa mère sur le dos, avant de placer son oreille à côté de son nez pour s’assurer qu’elle respire. Enfin, la sauveteuse franchit le seuil de sa maison pour aller demander de l’aide aux voisins. "C’est étonnant car habituellement, elle panique vite. Là, elle a réussi à garder son sang-froid", s’émeut Massiva, la mère de l’écolière.

La fillette de 7 ans, a été galvanisée par l’adrénaline. "C’est comme si j’avais la force d’un super-héros", résume-t-elle. Mais une fois les secours sur place, Lahna et sa petite sœur qui était également présente se sont effondrées en pleurs. Dans leur esprit d’enfant, le transfert de leur mère à l’hôpital était forcément annonciateur de mauvaises nouvelles "comme dans les séries".

Mais plus de peur que de mal pour Massiva qui avait simplement fait un malaise vagal. De son côté, Florian Boubet, l’opérateur versaillais qui a décroché le téléphone ce jour-là enjoint tous les parents à former leurs enfants aux gestes de secourisme. "Si demain ça vous arrive et que vous êtes seul avec votre enfant, ce sera peut-être lui qui pourra vous sauver", conclut-il.

publié le 19 août à 15h10, Nathan Hallegot, 6Medias

Liens commerciaux