Bretagne : face aux dangers de l'acide picrique, tous les collèges et lycées inspectés

Bretagne : face aux dangers de l'acide picrique, tous les collèges et lycées inspectés
Plus de 500 établissements sont concernés.

Orange avec AFP, publié le dimanche 17 juin 2018 à 13h25

La rectrice de l'académie de Rennes a demandé aux collèges et lycées bretons de vérifier s'ils n'abritaient pas d'acide picrique, un produit utilisé en cours de physique-chimie potentiellement explosif.

Cette demande, adressée par courrier le mardi 12 juin, a été faite suite à la découverte en début de semaine, dans deux établissements de Vannes (Morbihan), de fioles de ce produit extrêmement dangereux une fois cristallisé. Deux autres établissements, en Ille-et-Vilaine et dans le Finistère, ont depuis recensé le produit.

Au total, 84 collèges, 121 lycées et 57 lycées professionnels sont concernés au total en Bretagne, précise Ouest France.

Utilisé pour fabriquer les obus en 1914-1918

"Nous avons demandé aux chefs d'établissements de regarder dans leurs réserves et nous leur avons donné la procédure à suivre pour l'évacuer", a indiqué le rectorat à l'AFP. L'évacuation nécessite notamment l'intervention des pompiers et d'un service de déminage.



L'acide picrique, ou trinitophénol, est un composé très réactif et très sensible au choc et à la chaleur. Très couramment utilisé pour fabriquer des obus durant la première guerre mondiale, il peut être utilisé de nos jours en métallurgie. À l'état liquide, l'acide picrique est inoffensif. En vieillissant il se solidifie et peut devenir dangereux s'il est manipulé.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU