Brassage des élèves, masques, aération... Que prévoit le protocole sanitaire de l'Education nationale ?

Brassage des élèves, masques, aération... Que prévoit le protocole sanitaire de l'Education nationale ?
Une école de Strasbourg, le 1er septembre 2020.

, publié le vendredi 30 octobre 2020 à 12h40

Le ministère de l'Éducation nationale a publié vendredi 30 octobre une version actualisée de son protocole sanitaire, qui prévoit une limitation du brassage des élèves, des masques dès l'école élémentaire et un nettoyage renforcé, avec une aération toutes les deux heures minimum et ce durant au moins quinze minutes. 




Le nouveau protocole sanitaire renforcé qui va être mis en place dans les établissements scolaires "permettra l'accueil de tous les élèves, à l'école, au collège et au lycée" dès la rentrée du 2 novembre, a assuré jeudi soir le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer. Il est "absolument fondamental de maintenir ouverte notre école tant que nous le pourrons", a-t-il insisté lors d'une conférence de presse aux côtés du Premier ministre Jean Castex.

Mis en ligne vendredi 30 octobre, le nouveau protocole qui va régir les établissements scolaires prévoit notamment le port du masque à partir du CP, une limitation du brassage des élèves et un nettoyage renforcé.

Le point sur les principales mesures. 

- Port du masque -

S'il n'est pas obligatoire pour les élèves de maternelle, le port du masque est désormais obligatoire dès le CP "dans les espaces clos ainsi que dans les espaces extérieurs". Ce masque doit, en principe, être fourni par les parents mais "le ministère dote chaque école, collège et lycée en masques grand public afin qu'ils puissent être fournis aux élèves qui n'en disposeraient pas".

Du côté des enseignants, le port du masque reste obligatoire, en intérieur comme en extérieur. Le ministère est chargé de mettre à leur disposition cette protection dans les établissements scolaires.

- Distanciation - 

Pour les maternelles, le protocole prévoit le maintien d'une distanciation physique entre les élèves de groupes différents (classe, groupes de classes ou niveau), mais celle-ci ne s'impose pas aux élèves d'un même groupe. Du primaire au lycée, un écart d'un mètre doit être respecté entre l'enseignant et les élèves ainsi qu'entre les élèves quand ils sont côte à côte ou face à face, "lorsqu'elle est matériellement possible".

"Si la configuration des salles de classe ne permet absolument pas de respecter la distanciation physique d'au moins un mètre, alors l'espace est organisé de manière à maintenir la plus grande distance possible entre les élèves", précise le protocole.

Le protocole précise par ailleurs que "la restauration scolaire peut être organisée dans les lieux habituels", mais avec des aménagements. "Les flux et la densité des élèves sont organisés en respectant la distance d'au moins un mètre entre les groupes d'élèves appartenant à une même classe dans les écoles maternelles. S'agissant des élèves des écoles élémentaires des collèges et des lycées, lorsque le respect de la distance d'un mètre entre élèves est matériellement impossible, il convient de faire déjeuner les élèves d'un même groupe ensemble et, dans la mesure du possible, toujours à la même table."

- Brassage - 

La limitation du brassage entre élèves de groupes différents (classe, groupes de classes ou niveau) est requise, et doit être "pleinement opérationnelle au plus tard le 9 novembre 2020". "L'arrivée et le départ des élèves dans l'établissement peuvent être étalés dans le temps" et il est recommandé d'attribuer une salle à chaque classe. 

Lorsque le brassage entre classes n'est pas possible, notamment en 1ère et Terminale, la limitation du brassage s'applique par niveau.

- Aération - 

Le protocole précise que les espaces occupés durant la journée doivent être "aérés le matin avant l'arrivée des élèves, pendant les intercours, pendant chaque récréation, au moment du déjeuner et pendant le nettoyage des locaux. Cette aération doit avoir lieu au minimum toutes les 2 heures".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.