Bourses étudiantes : l'État en guerre contre les fausses inscriptions à la fac

Bourses étudiantes : l'État en guerre contre les fausses inscriptions à la fac

Des étudiants passent le baccalauréat, le 16 juin 2011, au lycée Camille Sée à Paris (illustration).

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le jeudi 30 juin 2016 à 12h40

- On appelle cela le phénomène des "copies blanches". Le terme désigne les inscriptions factices à l'université, qui ne servent qu'à bénéficier d'une bourse.

Comment y remédier ? Un sénateur propose de renforcer les contrôles d'assiduité. -

Le phénomène de la "copie blanche" n'est pas généralisé, mais il inquiète les autorités. Il concerne les étudiants inscrits à l'université, bénéficiant d'une bourse, et qui se contentent de rendre une copie blanche en guise de preuve de présence aux examens. Philippe Adnot, rapporteur spécial de la mission sénatoriale "Recherche et enseignement supérieur" s'est penché sur la question. Il a présenté mercredi 29 juin à la commission des finances du Sénat les conclusions de son rapport intitulé "le scandale des copies blanches".

RENFORCER LE CONTRÔLE DE L'ASSIDUITÉ

Selon le ministère de l'Enseignement, un tiers des étudiants sont boursiers. Parmi eux, 3% ne respecte pas le critère d'assiduité, une des conditions d'octroi de cette aide financière. Au total, les bourses, octroyées sur des critères sociaux, représentant une dépense de plus de 2 milliards d'euros par an pour l'État.



En première ligne du rapport, figure le contrôle de l'assiduité des élèves, actuellement déficient selon le rapporteur. Il propose de faire de la présence des étudiants en "TD" (travaux dirigés, en petit groupe), et à tous les examens, un critère obligatoire pour continuer à bénéficier de la bourse. Il suggère également de coupler cette obligation à celle de résultat.

SUSPENDRE LES BOURSES

Pour "mettre un terme aux abus prolongés", le sénateur propose aussi d'"interdire l'attribution d'une nouvelle bourse à l'étudiant non assidu qui ferait l'objet d'un ordre de reversement et n'aurait pas remboursé les sommes indûment versées". Il suggère également de raccourcir les délais pour "suspendre au plus vite les bourses d'étudiants non assidus", en rendant effectif le contrôle de l'inscription pédagogique des boursiers dans les trois premiers mois de l'année universitaire. L'étudiant concerné ne pourrait pas non plus demander une nouvelle aide pour la même formation. Les fraudeurs seront prévenus.
 
16 commentaires - Bourses étudiantes : l'État en guerre contre les fausses inscriptions à la fac
  • Tout est corrompu, l'état est complètement volontairement dépassé, son arrière boutique de voix sont les universités.....

    Je ne suis plus très jeune... mais "de mon temps", alors que le pouvoir n’avait jamais été à gauche, alors que De Gaule était président, ce genre de chose existait déjà.

    Combien de personnes faisaient alors du "tourisme universitaire".

    Personnellement j’ai arrêté mes études faute d’argent. Je n’avais pas de bourse et étant d’une famille de 5 enfants, mes parents ne pouvaient pas payer...

    Au même moment, dans la chambre de cité universitaire à côté de moi, un jeune gars passait son temps de bringue en bringue, de concert en concert, de salle de sport en salle de sport... aux frais de l’État.

    Non, tout ne fout pas le camps. Dès qu’il y a une arnaque possible, elle existe.

  • Ce serait pas très compliqué et pas si cher de contrôler la présence des étudiants et la rendre obligatoire ! Une carte à 1,6 €, type forfait de domaine skiable dit " main libre" ( la carte reste dans la poche), nominative et un lecteur à l'entrée de l'amphithéâtre. Pointage à l'entrée et à la sortie. Si deux cartes dans la poche, la triche est repérée, un avertissement et éjection des deux tricheurs si récidive. La station que je fréquente fournit à ma demande tout mon parcours de l'hiver avec horaires et dates de l'utilisation de chaque remontée empruntée.

    On ne peut demander l’assiduité à tous les cours. Moi, je bossais pour me payer mes études (il y a 40ans). Je ne pouvais donc pas être tout le temps présent.

    Mais les TD étaient obligatoires, les partiels aussi...

    On peut contrôler simplement ce genre de chose.
    Il y aura cependant toujours des truandages... Mais on peut en éliminer la majorité.

    On ne va quand même pas mettre un bracelet électronique aux étudians.

  • S'il n'y avait pas 90 % et peut-être + de reçus au Bac nous n'en serions pas là. Les jeunes qui bossent pour obtenir ce diplôme nécessaire pour se faire inscrire en Fac sont écœurés. Le France devient un pays de magouilleurs et de combinards.

    Elle ne le "devient" pas. Ce sont des choses qui existaient déjà lorsque je faisais mes études il y a plus de 40 ans...

  • Ouais, mais les bourses ne sont pas délivrées pour marcher comme un demeuré en criant n'importe quoi... Elles ont été crées pour aider les étudiantes et étudiants qui voulaient bosser. S'ils commencent à prendre ce mauvais plis, ils seraient capable de finir au gouvernement, va savoir...

    Le RSA non plus, ni le RMI ou le chômage, mais.....

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]