Boulogne-sur-Mer : dix-sept migrants volent un bateau de pêche et gagnent l'Angleterre

Boulogne-sur-Mer : dix-sept migrants volent un bateau de pêche et gagnent l'Angleterre
Des migrants à Calais le 18 mars 2018.

Orange avec AFP, publié le mardi 13 novembre 2018 à 19h23

Les dix-sept migrants ont volé un bateau de pêche à Boulogne-sur-Mer lundi 12 novembre dans la soirée. Ils ont été interceptés à Douvres par les autorités anglaises. 

C'est une traversée "inédite". Dix-sept migrants dont trois mineurs, se disant iraniens, ont traversé dans la nuit de lundi 12 au mardi 13 novembre la Manche sur un bateau de pêche volé dans le port de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), avant d'être interceptés près de Douvres, une ville portuaire dans le sud-est de l'Angleterre.

Aux alentours de 01h00 mardi, les autorités françaises de surveillance des côtes repèrent un bateau dans les eaux calmes du port de Douvres empruntant une route "bizarre". Alertée, la Border Force anglaise intercepte le navire vers 02h00 avant de l'escorter jusqu'à quai avec les gardes côtes, selon le parquet de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) et le Home Office.

Trois mineurs pris en charge par les services sociaux

"Quatorze hommes et trois mineurs, se présentant tous comme étant Iraniens, ont été trouvés à bord", a déclaré à l'AFP un porte-parole du Home Office, qui va traiter leurs dossiers "conformément aux règles sur l'immigration". Les trois mineurs ont été pris en charge par les services sociaux.

Grâce au signal émis par le bateau, le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (Cross) Gris-nez a pu identifier le propriétaire du bateau, un trémailleur long d'une douzaine de mètres, parti vers 21h00 du port de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais).

"J'ai été réveillé vers 01h00 du matin par le Cross, qui s'est aperçu que mon bateau était à Douvres et qu'il gênait le passage des ferries et me demandait ce qu'il faisait là", a raconté à l'AFP le propriétaire de l'Epervier, Pascal Deborgher, qui travaille avec trois marins. "J'ai répondu 'non, il est accosté à Boulogne' (...) je suis descendu immédiatement voir au port" où le bateau avait disparu, a poursuivi le patron de pêche de 58 ans, "très surpris et énervé" d'avoir perdu son outil de travail. Environ 80 bateaux sont amarrés dans le port de Boulogne, majoritairement des chalutiers et des petits bateaux de pêche.

"Un mode opératoire inédit"

Il a déposé plainte et une enquête pour vol a été ouverte pour retracer le parcours du bateau et comprendre ce qui s'est passé. "Le moteur a été forcé pour être démarré, ce qui prouve qu'il a bien été volé", a déclaré à l'AFP le procureur de la République Pascal Marconville, qui écarte "à priori" toute complicité. "On est plus sur une logique de réseau, qui s'est procuré, par le vol, un bateau et a organisé ce passage de la Manche", a-t-il ajouté. "Ils sont sortis (du port) sans l'autorisation de la capitainerie (...) il a pu échapper à leur vigilance". 

Environ 30 kilomètres séparent le cap Gris-Nez des côtes anglaises et depuis 2016, des migrants essaient régulièrement de traverser la mer, selon la préfecture maritime pour qui il s'agit cette fois-ci d'une nouvelle méthode. "On est sur un mode opératoire inédit, jusqu'à présent il s'agissait d'embarcations de fortune, comme des canoës ou des bateaux pneumatiques", a souligné Ingrid Parrot, porte-parole de la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord. "Avant 2016, c'était épisodique, et en 2018, ça s'est organisé." "On a déjà eu des vols de bateaux mais pas de cette taille-là", a confirmé Pascal Marconville. "Il va falloir être vigilants sur leur surveillance". 

Selon la préfecture maritime, qui travaille en lien avec les autorités britanniques, il y a eu 23 secours portés à des migrants en mer dans cette zone en 2016, 12 en 2017. En 2018, 23 opérations ont déjà eu lieu, comprenant à la fois des secours et des interpellations au moment où les migrants s'apprêtaient à partir. Plusieurs centaines de migrants vivent sur le littoral du Nord et du Pas-de-Calais.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.