France

Bouches-du-Rhône : des canons anti-grêle déchirent une commune

© pixabay - À Saint-Martin-de-Crau, les habitants s'opposent sur l'utilisation des canons anti-grêle.

Les nuisances sonores causées par les canons anti-grêle sont de plus en plus nombreuses pour certains habitants à Saint-Martin-de-Crau. Les arboriculteurs mettent en avant, eux, la nécessité de protéger leurs récoltes.

À Saint-Martin-de-Crau dans les Bouches-du-Rhône, il est difficile de ne pas voir, ou plus précisément, entendre les canons anti-grêle. Une utilisation devenue fréquente et qui divisent les habitants de cette commune, comme le révèle BFM Marseille. Ces canons, les agriculteurs les utilisent à l’approche des nuages pour casser les perturbations et donc éviter la grêle qui serait catastrophique pour leurs récoltes.

Un coût moyen de 40 000 euros

Une utilisation précieuse mais qui amène son lot d’inconvénients. Avec une portée de huit kilomètres une détonation pouvant aller jusqu’à 130 décibels, ces canons irritent de plus en plus les habitants. "C'est sans cesse ! Quand ça commence à 3h du matin et que vous êtes couchés tranquillement... Ils sont sept ou huit arboriculteurs et ils veulent gérer l'eau du ciel" s’agace Frédéric Lecot, un éleveur de taureaux.

"Ce n'est pas dire qu'on est contre les arboriculteurs, c'est dire qu'il n'y a pas de juste milieu, c'est ça qui est dramatique" ajoute-t-il au micro de BFM Marseille. Pour Jean-Louis Reverdy, un arboriculteur qui utilise ces canons, il s’agit d’une nécessité pour éviter de perdre toutes ses productions. "Quand il y a des orages de grêle et du tonnerre, on n'entend pratiquement pas le canon", se défend-il.

"Chaque fois que le canon marche, ça n'empêche pas la pluie. La semaine dernière, j'ai pris 15 mm d’eau." Avec un coût moyen de 40 000 euros, ces canons anti-grêle sont une alternative qui est toujours moins chère pour les agriculteurs que les filets anti-grêle.

publié le 20 mai à 13h30, Orange avec 6Medias

Liens commerciaux