Bordeaux: feu maîtrisé, dégâts importants après un violent incendie en centre ville

Chargement en cours
De la fumée s'élève dans les rues de Bordeaux, le 25 mai 2019
De la fumée s'élève dans les rues de Bordeaux, le 25 mai 2019
1/2
© AFP, MEHDI FEDOUACH

AFP, publié le dimanche 26 mai 2019 à 13h47

Les pompiers de Bordeaux sont parvenus à maîtriser dimanche matin un violent incendie survenu la veille, qui a touché six immeubles du centre ville et provoqué d'importants dégâts, sans faire de victime, ont indiqué dimanche les secours et la mairie, précisant que 70 personnes avaient été évacuées.

"Le feu est maîtrisé mais avec le vent et les difficultés d'accès sur les foyers, il peut reprendre à tout moment (...) En l'état, il n'y a pas de victime", a déclaré le maire de Bordeaux, Nicolas Florian, venu dimanche matin sur les lieux de l'incendie avant d'aller voter aux élections européennes.

Plus tôt dans la matinée, des pompiers avaient annoncé le feu "éteint" mais avec "toujours des foyers résiduels".

Face à des façades noircies par les flammes et aux vitres brisées, sans toiture, une cinquantaine de pompiers et sept véhicules étaient toujours mobilisés pour éteindre ces foyers résiduels. "On a des points chauds, on arrose depuis l'extérieur car on ne peut pénétrer à l'intérieur, il y a des risques d'effondrement", selon le pompier Sébastien Castel, officier chargé de communication.

La police effectuait les premières constatations sans pouvoir préciser l'origine de l'incendie : "Ce n'est pas sécurisé, cela fume encore, donc il ne peut y avoir d'expertise". Une des hypothèses émise par le maire de Bordeaux serait des travaux en cours dans l'un des bâtiments.

L'incendie s'est déclaré samedi vers 17h00 dans un quartier chic du centre ville, aux Chartrons. Il a touché six immeubles de trois à cinq étages sur une bande allant de la rue Ferrere au quai de la Garonne, dans des bâtiments imbriqués et difficiles d'accès pour les secours.

"On a un îlot qui fait 100 mètres sur 100", a expliqué à l'AFP le commandant Castel. Les pompiers ont pu éviter la propagation des flammes vers l'ouest "car les toits ne sont pas à la même hauteur, un muret faisait séparation, mais le vent important a poussé le feu vers les quais", de l'autre côté, a-t-il ajouté.

Quelque 100 pompiers et 30 véhicules de secours ont été mobilisés pour maîtriser le feu qui s'est propagé rapidement, provoquant l'effondrement de poutres et planchers dans certains bâtiments. Environ "2.000 m2 ont été impactés par l'incendie", selon la mairie.

Soixante-dix personnes avaient été évacuées samedi vers le CAPC, le musée d'art contemporain situé juste en face, avant de passer la nuit chez des proches ou pour une quinzaine d'entre eux à l'hôtel. Un pompier avait été légèrement blessé à l'œil par un éclat de verre.

Dimanche, des habitants de cet îlot comprenant logements, bureaux, salles de sport et un restaurant, venaient se renseigner au musée, pour l'occasion fermé au public.  

"J'habite au n°16, a priori il n'y a rien. Mon amie dormait hier quand le voisin a donné l'alerte. Elle est sortie avec le chat et depuis hier, on est dehors. On a dormi chez des amis. On attend de pouvoir rentrer, le temps qu'ils sécurisent les derniers foyers", a raconté à l'AFP Thierry Kerbidi, devant son immeuble, son chat gris dans les bras.

D'autres ont tout perdu, comme cette jeune femme, dont l'appartement a entièrement brûlé : "Je ne sais pas ce que je vais faire, j'attends des nouvelles du propriétaire".

Il s'agit du deuxième incendie de grande ampleur dans la capitale girondine en une semaine. Samedi 18 mai, un feu s'était déclaré dans un parking près de la gare de Bordeaux, détruisant plus de 200 véhicules.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.