Bonneuil-sur-Marne : des policiers attaqués par des tirs de mortiers, Gérald Darmanin attendu sur place

Bonneuil-sur-Marne : des policiers attaqués par des tirs de mortiers, Gérald Darmanin attendu sur place ©THOMAS COEX / AFP

publié le lundi 26 juillet 2021 à 19h36

"Six individus interpellés suite à l'agression visant de courageux policiers du Val-de-Marne qui agissaient contre des rodéos urbains. Tirer des mortiers contre des policiers, c'est vouloir les blesser ou les tuer", a écrit dimanche le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin.

Des "événements intolérables", a qualifié le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Dimanche 25 juillet, des policiers auraient été attaqués par des tirs de mortiers à Bonneuil-sur-Marne, dans le Val de Marne. Selon Le Parisien, un agent d'une brigade anticriminalité aurait même été brûlé. Gérald Darmanin a fait savoir via son compte Twitter qu'il se rendrait sur place ce lundi, dans la soirée.



"Six individus interpellés suite à l'agression visant de courageux policiers du Val-de-Marne qui agissaient contre des rodéos urbains. Tirer des mortiers contre des policiers, c'est vouloir les blesser ou les tuer. L'État répondra fermement à ces actes violents contre nos policiers", a-t-il promis dimanche.


"Je me rendrai ce soir au commissariat de Créteil suite aux événements intolérables qui se sont déroulés hier à Bonneuil-sur-Marne", a annoncé le ministre ce lundi.

Selon le parquet de Créteil cité dans Le Parisien, "le fonctionnaire a été brûlé dans le dos", son pronostic vital n'est "pas engagé". D'après le média, il souffrirait de brûlures au second degré au niveau des lombaires.

Une plainte contre un policier classée sans suite

Le 15 juillet dernier, l'enquête ouverte après la plainte d'un jeune homme pour "violences volontaires" contre un policier a été classée sans suite par le parquet de Créteil. Il accusait l'agent d'avoir fracturé son bras lors d'une interpellation à Bonneuil-sur-Marne en juillet 2020

Menées par l'IGPN et classées sans suite le 12 mai 2021, "les investigations ont conduit à considérer que le fonctionnaire de police mis en cause avait agi en état de légitime défense", a indiqué le parquet de Créteil, sollicité par l'AFP.

Dans sa plainte déposée en juillet 2020 auprès de la police des polices, le jeune homme de 18 ans avait rapporté avoir reçu de la part d'un fonctionnaire de police une "série de coups de poings et de pieds sur le haut du corps" et un "coup de matraque" sur le bras gauche et sur l'arcade sourcilière, alors qu'il se trouvait dans un hall de l'immeuble où il attendait l'ascenseur.

Selon son certificat médical, il s'était vu prescrire 45 jours d'incapacité totale de travail (ITT) renouvelables.

Le jeune homme avait été identifié par les policiers comme un tireur de mortier d'artifice lors d'un attroupement d'une quinzaine de personnes, avait indiqué une source proche de l'enquête. Il n'a fait l'objet d'aucune poursuite pour ces faits, selon le parquet.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.