Blocages routiers : "Aucun risque de pénurie" de carburant, assure Alain Vidalies

Blocages routiers : "Aucun risque de pénurie" de carburant, assure Alain Vidalies
Plusieurs blocages sont organisés par les chauffeurs routiers aux alentours de Caen

, publié le mercredi 18 mai 2016 à 16h50

- Le secrétaire d'Etat chargé des Transports a affirmé qu'il n'y avait "aucun risque de pénurie" de carburant à ce stade, alors que des dépôts ont été bloqués par des routiers en particulier dans le Nord-Ouest. -

"Il n'y a aucun risque de pénurie, je veux arrêter ce discours que je vois sur quelques réseaux sociaux", a déclaré Alain Vidalies dans une interview accordée à France 3 mercredi 18 mai.

"A ce stade-là, il n'y a évidemment aucun risque", a-t-il insisté. Pour la deuxième journée consécutive, des manifestants opposés à la loi travail ont perturbé en Normandie la circulation aux abords du Havre et de Caen, ainsi que des accès à des dépôts de carburant. Des médias locaux ont rapporté des cas de pénurie dans plusieurs stations-service de Normandie, depuis mardi 17 mai. La préfecture du Calvados a démenti les rumeurs de cuves à sec à Caen, indiquant qu'aucune pénurie n'est à signaler dans la ville "contrairement à ce que l'on peut entendre".


Dans le secteur du Havre, l'accès à la raffinerie Total de Gonfreville-l'Orcher est toujours bloqué, de même que l'accès au terminal pétrolier Rubis au Grand Quevilly, près de Rouen. Dans le Grand Ouest, d'autres mobilisations se sont déroulées comme à Vern-sur-Seiche, au sud-est de Rennes, où l'intersyndicale, rejointe par les étudiants, a mis en place vers 07h00 un barrage filtrant sur des giratoires menant au dépôt pétrolier situé à proximité, provoquant d'importants ralentissements sur l'axe Angers-Rennes.

Dans le Morbihan, environ 80 manifestants bloquent depuis 5h30 les accès à un dépôt pétrolier de la Société des dépôts pétroliers de Lorient, situé sur le port, selon la préfecture du département. En Auvergne, une centaine de manifestants bloquent les grilles du dépôt de carburant Total de Cournon-d'Auvergne, selon la CGT.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.