Blagnac : le forcené s'est présenté comme "le bras armé des gilets jaunes", selon une otage

Blagnac : le forcené s'est présenté comme "le bras armé des gilets jaunes", selon une otage
À Blagnac, la police sur place mardi 7 mai alors qu'un forcené retient quatre femmes en otage.

publié le mercredi 08 mai 2019 à 08h57

Un jeune homme de 17 ans a retenu quatre femmes mardi 7 mai dans un bar-PMU de Blagnac. La patronne de l'établissement, qui faisait partie des otages, a témoigné sur RTL, indiquant que le preneur d'otages avait affirmé agir en tant que "gilet jaune". 

Les quatre femmes retenues en otages mardi après-midi par un jeune homme de 17 ans dans un bar-PMU de Blagnac (Haute-Garonne) ont été libérées "saines et sauves" en début de soirée.

Le preneur d'otage a lui été interpellé peu avant minuit. Parmi ces quatre otages, Sarah, la patronne du café, s'est confiée RTL.  "Il m'a montré son arme et il m'a dit de baisser le rideau sinon il allait tirer. Il a commencé à nous donner ses revendications", raconte-t-elle. "C'est la 'branche armée' des 'gilets jaunes' pour reprendre ses mots. Il revendiquait une France égalitaire". Ce lien avec les "gilets jaunes" a été confirmé plus tard dans la soirée par le procureur de Toulouse, Dominique Alzeari.



"Il a choisi un bureau de tabac car c'est un commerce qui est énormément taxé. Il voulait justement passer sur une des chaînes de télé avec des journalistes, il  voulait passer en direct pour ne pas qu'il y ait d'amalgame, pour ne pas qu'on le prenne pour un terroriste", poursuit au micro de RTL la patronne du bar-PMU. 

"Ça aurait pu être pire"

"Il avait son arme, il a tiré à deux reprises au plafond, il nous a menacées avec, il nous a ligotées, il nous a attaché les mains", se souvient-elle avant de préciser : "Honnêtement, il était gentil quand même. Il nous a donné à boire, il nous a donné à manger, il  nous a donné à manger aussi. Avec nous, il n'a pas été trop désagréable". Sarah reconnaît toutefois : "ça aurait pu être pire."



Le preneur d'otages, un jeune homme de "presque 18 ans, était défavorablement connu pour des affaires de violences, sur les forces de l'ordre notamment, de vol, mais aussi pour sa participation en décembre à une manifestation de 'gilets jaunes', où il avait été interpellé", a précisé le procureur de Toulouse, Dominique Alzeari. "Ce n'était pas non plus quelqu'un de classé comme dangereux", a précisé le procureur Alzeari. 

Une lettre découverte à son domicile 


À son domicile, les enquêteurs ont découvert une lettre, "où il semble assez dépressif, ou en tout cas préoccupé par son état de santé", a précisé le procureur. Selon France 3,le jeune homme y affirme de nouveau être "le bras armé des 'gilets jaunes'". Il y aurait précisé qu'il fera "tout pour que les 'gilets jaunes' gagnent leur bataille", poursuit la télévision locale. 

France 3 assure avoir par ailleurs visionné une des vidéos mises en ligne par le jeune homme pendant la prise d'otage. Il y indiquerait avoir été "recruté par une milice (...) une milice armée qui cherche que l'Etat soit plus juste". Il promet que l'on connaîtra le nom de cette milice "dans quelques jours".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.