Benalla avait accès à l'Assemblée nationale... pour aller à la salle de sport

Benalla avait accès à l'Assemblée nationale... pour aller à la salle de sport
Alexandre Benalla au Touquet, le 17 juin 2017

, publié le jeudi 26 juillet 2018 à 13h30

C'est en tout cas ainsi que l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron a justifié sa possession d'un badge d'entrée à l'Assemblée nationale.

Il livre sa vérité. Pour la première fois depuis le début du scandale, Alexandre Benalla s'est exprimé dans la presse.

L'homme vers qui tous les regards sont tournés a accordé une interview au journal Le Monde, jeudi 26 juillet. Dans cet entretien, il reconnaît avoir commis "une faute" le 1er mai dernier, lorsqu'il a frappé deux manifestants, et répond à une série de questions sur les différentes révélations sur ses fonctions et les avantages dont il a bénéficié.



Alexandre Benalla a notamment tenté de s'expliquer au sujet de son badge d'accès à l'Assemblée nationale. "Je ne considère pas ça comme un passe-droit", a-t-il d'abord assuré. "J'en avais bénéficié avant Emmanuel Macron, en tant que collaborateur parlementaire bénévole. Je l'ai demandée tout simplement parce que j'aime aller à la salle de sport de l'Assemblée. C'est peut-être un caprice de ma part, je l'admets", a-t-il poursuivi.



L'ex-collaborateur de l'Élysée a par ailleurs dénoncé la volonté de certains "d'atteindre" Emmanuel Macron à travers lui. "Les faits, je les assume, je ne suis pas dans la théorie du complot, c'est la réalité". "Sur ce qui s'est passé après, je suis beaucoup plus réservé. Il y avait en premier une volonté d'atteindre le président de la République, c'est sûr et certain. Et je suis le maillon faible, je le reconnais", a-t-il affirmé au Monde.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.