Bébés nés sans bras : la lanceuse d'alerte a été licenciée

Bébés nés sans bras : la lanceuse d'alerte a été licenciée
Sept enfants sont nés sans bras ou sans main dans l'Ain, entre 2009 et 2014. (illustration)

publié le lundi 29 octobre 2018 à 10h26

Elle a contesté les conclusions de Santé publique France sur une recrudescence de nombre de cas d'enfants sans bras ou sans mains.

La directrice du registre des malformations en Rhône-Alpes (Remera), Emmanuelle Amar, a reçu sa lettre de licenciement vendredi dernier, avec effet au 31 décembre, a rapporté Le Journal du dimanche 28 octobre. Cette épidémiologiste avait donné l'alerte après une recrudescence de naissances d'enfants sans bras ou sans main, entre 2009 et 2014, dans un rayon de 17 km.

Les cinq autres personnes travaillant avec elle vont également être licenciées.

"Notre employeur, les Hospices civils de Lyon, n'a plus les moyens de débourser les 250.000 euros annuels qui permettaient de payer nos salaires et notre loyer, a-t-elle déclaré au JDD. Je suis d'autant plus choquée qu'Agnès Buzyn avait annoncé dimanche dernier que le registre n'était pas menacé." En effet, le 21 octobre, la ministre de la Santé avait assuré qu'il était "hors de question d'arrêter la subvention des registres". Elle avait également annoncé son intention de "relancer une enquête" sur ces sept naissances dans l'Ain, pour déterminer si elles sont bien dues au hasard, comme le soutient Santé publique France.


L'enquête de l'agence sanitaire a conclut début octobre que le nombre de cas dans l'Ain n'était pas statistiquement supérieur à la moyenne nationale. Cependant, elle a également relevé des cas trop nombreux en Loire-Atlantique (3 naissances entre 2007 et 2008) et en Bretagne (quatre cas entre 2011 et 2013), sans en identifier la cause.

Emmanuelle Amar a mis en cause l'agence sanitaire, lors d'une audition, mardi, par les députés du groupe d'étude santé environnementale de l'Assemblée nationale. De son côté, Santé publique France, a récemment annoncé qu'elle pourrait continuer à financer les registres, mais seulement si l'équipe changeait.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.