Bayonne : une attaque spectaculaire de vautours

Bayonne : une attaque spectaculaire de vautours©Panoramic
A lire aussi

6Medias, publié le mercredi 14 mars 2018 à 19h35

Une vache aurait été attaquée par une centaine de vautours ce mercredi matin, raconte Sud Ouest. L'attaque aurait eu lieu à quelques kilomètres de Bayonne.

L'attaque a semble-t-il été spectaculaire.

Ce mercredi matin, un troupeau de vaches aurait subi l'assaut de 120 à 130 vautours dans une ferme de Hasparren, à quelques kilomètres de Bayonne, raconte Sud Ouest. Selon le quotidien, l'éleveur a été prévenu par son voisin de l'attaque des rapaces qui tournaient autour de son troupeau. Une fois arrivé sur place, il a constaté qu'une de ses vaches, qui venait de vêler, était morte. Le veau a lui aussi perdu la vie. Selon ses premières constatations, les deux animaux ont été blessés au niveau des yeux et de la langue.

Attaqués vivant

Mais surtout, le fait que le veau ait semble-t-il été attaqué vivant le met en colère. "Je suis persuadé que les vautours s'attaquent désormais aux animaux vivants", dit-il. Pour appuyer ses dires, il indique que le veau a été retrouvé à la tête de la vache, et qu'il s'est donc déplacé. De plus, il n'avait plus son placenta qui le recouvrait.
Pour faire face à ces attaques, l'éleveur demande de l'aide aux autorités locales. Il demande notamment l'installation d'un charnier afin d'y déposer les carcasses de bovins et ainsi alimenter les vautours, explique-t-il. Selon Sud Ouest, la perte des deux bovins s'estimerait à 1.500 euros environ. Il venait d'acquérir la vache il y a moins d'une semaine.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
63 commentaires - Bayonne : une attaque spectaculaire de vautours
  • Que dire des vautours parisiens ? ils vont au fond de notre porte monnaie et semble heureux de le faire

  • depuis des décennies, nous subissons les attaques de vautours et ce n'est pas fini du moins pour le peuple qui travaille. Quant aux agriculteurs, ils n'ont plus rien à dire, des têtes pensantes qui ne connaissent rien à l'agriculture décident pour eux , une honte.

  • Que à Bayonne ? Pourtant les vautours sont partout.

    oui et sans doute un à l'origine de cette réaction

  • Etonnant tout de même. Les éleveurs pourraient prendre plus soin de leurs vaches gestantes et les garder à l'étable. La vache était-elle en bonne santé ? Ce qui expliquerait "l'attaque". La pauvre bête a été bien trimballée ces derniers temps malgré son état.

    Allez faire un stage dans une exploitation afin de ne pas écrire de sottises.

    Quand on n'y connait rien on se tait ......un vêlage à l'exterieur présente un certain nombre d'intérêts sur le plan sanitaire notamment : risque moindre d' infection virale diarrhée .
    Il faudra savoir qui des loups des vautours des grands corbeaux ou des éleveurs doit occuper l'espace rural ....
    Il y a aujourd'hui trop de gens desoeuvrés qui donnent des leçons d'écologie

    chez mon grand-père, les vaches vêlaient dehors ...

    Il n'y a rien à expliquer, ceux qui ont vécu dans les pays où les vautours restent nombreux savent qu''il y a toujours des oiseaux qui guettent un animal blessé ou isolé. Certaines tentatives de réintroduction d'espèces sont conduites par des irresponsables qui considèrent que la faune et les hommes doivent subir les contraintes de leurs "expériences". Il faut des comités de suivi représentatifs des parties concernées, capables de sanctionner les processus et de renvoyer les "chercheurs" à leurs études !

    Aggie,
    les Eleveurs devraient être , aussi , obligés de fournir des lunettes à leurs animaux, pour les protéger des attaques de vautours, au niveau des yeux.

    Et d'ailleurs, si les Eleveurs de moutons des Pyrénées fournissaient des tasers à leurs troupeaux, il n'y aurait plus d'attaques de loups !...

  • Une histoire d'ivrogne : des verbes au conditionnel et pas un témoin....ou enfin si, l'ivrogne.

    Il vous faudra cesser de boire !

    et vous d'aspirer, vous en boirez moins.