Balcon effondré à Angers : un ancien locataire évoque des fissures, le syndicat se défend

Balcon effondré à Angers : un ancien locataire évoque des fissures, le syndicat se défend
Un balcon du "Surcouf" s'était effondré alors que plusieurs jeunes s'y trouvaient

Orange avec AFP, publié le jeudi 17 novembre 2016 à 12h20

Un mois après l'effondrement d'un balcon à Angers, qui a fait 4 morts et 14 blessés, des nouvelles révélations ont été apportées par Ouest-France ce mercredi. Le journal a rapporté le témoignage d'un des anciens locataires de l'immeuble, qui a affirmé aux enquêteurs avoir signalé des problèmes à son agence immobilière.

Quelques heures plus tard, le syndic de l'immeuble a assuré n'avoir jamais été saisi quant à des fissures sur les balcons. Dans la soirée du 15 octobre, le balcon d'un logement situé au 3e étage s'était effondré, alors que plusieurs jeunes s'y trouvaient à l'occasion d'une pendaison de crémaillère organisée par deux jeunes filles. Le balcon avait entraîné dans sa chute ceux des deux étages inférieurs.


Une information judiciaire contre X pour homicides et blessures involontaires a été ouverte depuis lors. "Après les vérifications appropriées, nous sommes en mesure d'affirmer que nous n'avons identifié absolument aucune saisine de notre cabinet relative à des fissurations ou autres désordres susceptibles d'affecter la solidité des balcons ou de toute autre partie commune à usage privatif de la Résidence", se défend le cabinet Pigé & Associés, syndic de l'immeuble "Le Surcouf", dans un communiqué.

Selon Ouest-France, "un salarié de cette société immobilière se serait déplacé. Mais il n'aurait manifestement rien trouvé à redire". Le parquet d'Angers n'a pu confirmer ces éléments. Le responsable de l'agence Citya d'Angers n'était pas joignable.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.