Baisse des contrats aidés : une commune du Calvados repousse la rentrée

Baisse des contrats aidés : une commune du Calvados repousse la rentrée
Sans contrat aidé, impossible d'assurer le fonctionnement des écoles de Valorbiquet, assure sa maire le 28 août 2017.

, publié le lundi 28 août 2017 à 08h50

La commune de Valorbiquet, dans le Calvados, a repoussé d'au moins une semaine la rentrée des classes. Face à la baisse du nombre de contrats aidés, la mairie assure qu'elle ne va pas pouvoir assurer le fonctionnement des trois écoles maternelles et primaires de la communauté de commune, rapporte BFMTV lundi 28 août.

Le gouvernement prévoit une enveloppe de 310.000 contrats aidés en 2017 contre 459.000 signés en 2016 et une nouvelle baisse en 2018.

Cinq contrats aidés étaient prévus pour l'année scolaire qui débute. Sans eux, l'accueil des élèves est impossible, assure la maire Christelle Bacq-de-Paepe. "Il y aurait des moments où il n'y aurait personne pour surveiller la cour, la cantinière dans la cantine mais personne pour faire le service... Il y a même une garderie où il n'y aurait personne pendant une demi-heure, explique-t-elle. Pour la sécurité des enfants, ce serait irresponsable d'ouvrir l'école." Et la situation ne va pas être facile à démêler : sans aide de l'État, la commune ne pourra pas faire face aux dépenses. "Le fait de ne pas avoir droit aux contrats aidés, on se retrouve avec des CDD classiques, et l'incidence financière serait de 67.000 euros. Pour une commune comme la notre de 2.500 habitants, c'est juste insupportable", détaille la maire.


Du côté des jeunes qui devaient être embauchés, c'est l'incompréhension. "J'étais censée revenir vendredi prochain, et au final je suis au chômage, explique l'une d'entre eux à BFMTV. Je devais assister les maternelles, préparer les cahiers. J'avais des projets de décoration au niveau de la garderie, j'ai tout un classeur avec des activités périscolaires puisque je m'en occupe aussi. Tout était prêt. Pour moi c'est une prise d'otage d'enfants innocents. Ils n'ont rien demandé et au final ils vont être lésés."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.