Baisse de la vitesse: "électrochoc" salutaire pour la presse

Baisse de la vitesse: "électrochoc" salutaire pour la presse

Probable prochaine annonce d'une réduction de la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires en France

A lire aussi

AFP, publié le mardi 09 janvier 2018 à 02h58

La presse de mardi soutient le gouvernement dans son choix de baisser, "au risque de l'impopularité", la vitesse sur les routes secondaires, un "électrochoc" dans la lutte contre la mortalité routière.

"On va devoir lever le pied", avertit Le Parisien en Une. Le gouvernement doit en effet annoncer mardi l'abaissement de 90 km/h à 80 km/h de la limitation de vitesse sur les routes secondaires à double sens.

"Le mesure se veut un électrochoc pour enrayer l'augmentation de l'accidentalité routière", explique dans Le Figaro Angélique Négroni, qui se veut pédagogue: "En roulant un peu moins vite, on stoppe donc plus facilement son véhicule et l'accident a plus de chance d'être évité".

Le nombre de morts sur les routes est reparti à la hausse depuis le plus bas historique de 2013 (3.268 tués, contre 3.477 en 2016).

C'est pourquoi François Ernenwein défend dans La Croix une mesure de limitation car "il faudrait un bien curieux aveuglement pour refuser de voir qu'en abaissant à 80 km/h la vitesse maximale sur les routes secondaires le gouvernement fait œuvre utile. Au risque de l'impopularité. Agir était devenu indispensable. Les progrès n'ont pas été à la hauteur des ambitions d'il y a quelques années".

"Aucun gouvernement ne s'était attaqué à la limitation de la vitesse sur les routes depuis quarante-cinq ans", rappelle Le Parisien.

- 'Décision idéale' -

"Bien sûr, rouler à 80 km/h au lieu de 90 ne résoudra pas tout. Mais le symbole compte. Et qu'importe les batailles de chiffres sur les vies sauvées ! Une seule tragédie évitée et ce sera déjà gagné. Alors, on va râler... et ralentir quand même", insiste Damien Delseny dans l'éditorial du Parisien.

"Quoi qu'il en soit, et en dépit de ses bonnes intentions, le gouvernement prend un risque politique en sortant le bâton de la limitation de vitesse", fait remarquer Patrice Chabanet du Journal de la Haute-Marne.

Mais "c'est un aspect du macronisme que ses représentants assument avec gravité, et peut-être une pointe de coquetterie: être prêts aux décisions les plus difficiles pour le bien du pays, même au prix de l'impopularité", fait valoir Dominique Albertini dans Libération.

Pour Cécile Cornudet du quotidien économique Les Echos, "sur le papier, c'est la décision idéale. Son objet est inattaquable (...). L'exécutif s'apprête à montrer qu'il n'a toujours pas peur de son ombre".

 
147 commentaires - Baisse de la vitesse: "électrochoc" salutaire pour la presse
  • metre fin au

    courses d éléphants sur les autoroutes

  • avatar
    aylarousse  (privé) -

    Méfiez-vous, mesdames et messieurs du gouvernement. Il y a des mesures qui ne sont que des fausses mesures, la limitation à 80 km/h en est une ; les augmentations de prix du diesel pour limiter la pollution en sont une autre : le secteur résidentiel et tertiaire, l'agriculture et la sylviculture, l'industrie manufacturière sont autrement polluantes, 84,5% contre seulement 12 % pour l'ensemble du transport routier ; et pourtant, le gouvernement n'a pas songé à imposer un filtre à particules aux dispositifs de chauffage ! Je citerai le coup de gueule lancé par Jean-Louis Chauzy président du Conseil économique, social et environnemental de la région Occitanie, quand il entend le Secrétaire d’État à la Transition Écologique et Solidaire réaffirmer que le diesel provoquait 50 000 morts par an en France : "Ce mensonge répété en boucle depuis de nombreux mois ne saurait devenir réalité !... C’est une confusion regrettable avec le nombre de morts dus à la pollution en France de manière générale, et c’est surtout oublier que le diesel de dernière génération pollue moins que les moteurs à essence.» Le gouvernement se doit d'entendre et d'écouter... S'il tombe dans le sarkozisme, il n'ira pas loin.

  • La presse soutient Macron... Non, quelle surprise.... !
    Le premier ministre a dit lui même qu'il ne communique pas sur l'expérience réalisée pendant 2 ans car cette durée n'est pas significative...
    En clair, on réalise une "expérimentation" dans de mauvaises conditions (il n'y a pas que la durée...), on ne communique pas dessus, mais on décide quand même...
    Et après on veut nous faire croire que c'est le fruit d'une réflexion, pour "notre bien" malgré nous...
    Et la marmotte...

  • 19000 morts de la grippe!!!!!!!!

  • "Son objet est inattaquable (...)" : NON, le contraire vient d'être démontré au Danemark ! C'est à se demander si les membres de la sécurité routière ont le permis et si oui, s'ils conduisent ! A voir la composition du CNSR, on peut presque en douter.
    Il est démontré que c'est le comportement du conducteur (et non pas sa vitesse) qui est dans la majorité des cas la cause de l'accident. Alors attaquons courageusement cet aspect des risques (drogues, téléphone, conduite au milieu, quand ce n'est pas à gauche sur l'autoroute, slalom ...). Ce serait cela le COURAGE et non pas de suivre les prêches du CNSR!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]