Baccalauréat : la piste du contrôle continu complet privilégiée par Édouard Philippe

Baccalauréat : la piste du contrôle continu complet privilégiée par Édouard Philippe
Une lycéenne au cours de la session 2019 du baccalauréat.

, publié le jeudi 02 avril 2020 à 21h53

Invité de TF1, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé que les épreuves du baccalauréat devraient vraisemblablement être remplacées par un contrôle continu complet.

"Il est acquis aujourd'hui définitivement que les épreuves du baccalauréat ne pourront pas se dérouler au mois de juin comme elles se déroulent chaque année", a annoncé Édouard Philippe sur TF1, jeudi 2 avril. En raison du coronavirus, le programme des élèves, même s'ils continuent d'être encadrés à distance par leurs professeurs, est trop bouleversé a-t-il expliqué.



De plus, l'organisation des épreuves nécessite de longs mois de préparation, que le confinement perturbe.

L'hypothèse d'un décalage du baccalauréat à juillet, un temps évoquée, a également été évincée. Cela poserait d'autres problèmes de compatibilité avec des concours", a justifié Édouard Philippe, qui assure "comprendre l'inquiétude" des futurs bacheliers et de leurs parents.

L'édition 2020 du bac sera donc singulière, et deux scenarii se profilent. "Soit les épreuves auront lieu sur le fondement du contrôle continu des premiers et deuxième trimestre (...) Soit on peut espérer conjuguer à ce contrôle continu une épreuve organisée à la fin du mois de juin."

Cette dernière hypothèse est en train d'être envisagée par le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, même si elle apparaît d'ores et déjà compliquée. "Je crois pour ma part que c'est sur la piste du contrôle continu le plus complet qu'il va falloir se reposer", a indiqué le Premier ministre. Si rien n'est encore officiellement acté, l'hypothèse d'un baccalauréat sans aucune épreuve apparaît de plus en plus crédible.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.