Bac 2016 : des correcteurs invités à signaler les propos "jihadistes" dans les copies

Bac 2016 : des correcteurs invités à signaler les propos "jihadistes" dans les copies

Des candidats au bac lors de l'épreuve de philosophie à Strasbourg, le 15 juin 2016.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 06 juillet 2016 à 14h45

- Alors que le SNES-FSU s'est insurgé de cet "appel à la délation", l'entourage de la ministre de l'Éducation assure que l'inspection générale a "peut-être péché par excès de zèle" en demandant aux correcteurs de l'épreuve d'histoire-géographie de remonter les propos jihadistes, antisémites et racistes. -

Depuis mardi, les quelque 700.000 candidats aux bac connaissent leurs résultats.

Si près de 8 lycéens sur 10 l'ont eu du premier coup, 90.100 d'entre eux doivent passer par la case rattrapage et certains choisiront l'histoire-géographie afin de tenter de grappiller les points manquants pour le précieux sésame. Les membres du jury auront-ils comme consigne de faire remonter leurs éventuels propos jihadistes comme cela a été le cas pour les correcteurs des épreuves écrites ? Le Monde revient ce mercredi 6 juillet sur une affaire qui a scandalisé le monde enseignant.

Le 22 juin dernier, le SNES-FSU, principal syndicat des professeurs du secondaire, s'alarmait sur Twitter d'une consigne de l'Inspection générale concernant les copies de l'épreuve d'histoire-géo : "Consigne de l'IG d'HG '('inspection générale d'histoire géographie) aux correcteurs : faire remonter les propos antisémites, racistes et jihadistes trouvés dans les copies". "Les enseignants sont des fonctionnaires responsables & compétents qui n'ont pas besoin d'appel à la délation pour accomplir leur travail", s'insurgeait-il.





Les sujets proposés aux sections S, ES et L lors de l'épreuve du 16 juin, tels que "le proche et Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale", "l'historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France", ou "l'historien et les mémoires de la guerre d'Algérie" ont-ils été sources de "commentaires antisémites, racistes, et jihadistes" ? Contacté par le quotidien, l'entourage de la ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem reconnaît en tous cas que des inspecteurs pédagogiques auraient "peut-être péché par excès de zèle, faisant preuve de maladresse dans leurs conseils", mais dans le but de faciliter la tâche des enseignants. Toutefois, il dément toute consigne écrite.

"CE N'EST PAS À NOUS D'ALIMENTER LES FICHIERS S"

"Nous aider dans le travail d'évaluation, ce n'est pas une mauvaise idée, réagit Mme V., dix ans de correction du bac derrière elle, dans les colonnes du Monde. Mais pourquoi, alors, nous demander de scanner la portion des copies contenant les propos en question, et de l'envoyer à l'IPR (l'inspecteur pédagogique régional) avec le numéro d'anonymat du candidat ?" "Ce n'est pas à nous d'alimenter les fichiers 'S'", explique cette enseignante de Seine-Saint-Denis.

Néanmoins, elle reconnaît que le problème peut légitimement être soulevé. "C'est rare mais ça peut arriver : on peut être confronté à un argumentaire xénophobe, un propos hostile aux juifs ou aux immigrés, mais aussi antiaméricains, anti-Europe... Le correcteur fait comme il peut, en son âme et conscience", explique la correctrice de l'académie de Créteil. Le plus souvent, il s'agit d'attribuer une note basse justifiée par un traitement hors sujet. C'est d'ailleurs ce qu'elle a conseillé de faire à l'une de ces jeunes collègues face à une composition semblant légitimer "le califat" de Daesh. "Ça nous a mises très mal à l'aise, reconnaît-elle, sans qu'on opte pour un signalement."
 
92 commentaires - Bac 2016 : des correcteurs invités à signaler les propos "jihadistes" dans les copies
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]