Automobile : un "malus au poids" bientôt instauré pour les véhicules de plus de 1.800 kg

Automobile : un "malus au poids" bientôt instauré pour les véhicules de plus de 1.800 kg
Un SUV (illustration)

, publié le jeudi 15 octobre 2020 à 13h20

La taxe sera de 10 euros par kilo au-delà de 1.800 kg. Des "ajustements" pour les familles nombreuses et une "exonération" pour les véhicules électriques sont prévus.

Les véhicules de plus de 1.800 kg vont bientôt être taxés. Réclamée par la Convention citoyenne pour le climat (CCC), pour lutter contre l'alourdissement du parc et son impact environnemental, cette mesure va être instaurée par le gouvernement, a annoncé jeudi la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili.



"Le malus au poids que nous instaurons est un signal fort et nécessaire pour mieux prendre en compte l'empreinte écologique des véhicules les plus lourds", a indiqué la ministre sur Twitter. "L'alourdissement du parc automobile, c'est plus de matériaux et d'énergie consommés, plus de pollution, moins d'espace public disponible", a-t-elle ajouté.


La taxation, qui devrait faire l'objet d'un amendement au projet de loi de finances 2021, sera de 10 euros par kilo au-delà de 1.800 kg, a précisé le ministère.

Dans les propositions de la CCC, la mesure figurait avec un seuil plus bas, de 1.400 kg. Des "ajustements" pour les familles nombreuses, comme le demandait la CCC, ainsi qu'une "exonération" pour les véhicules électriques sont également prévus, a annoncé Barbara Pompili.


"Elle va malgré tout dans le bon sens", a commenté Grégoire Fraty, coprésident de l'association "les 150" qui regroupe 130 des 150 citoyens de la CCC. "On a l'impression enfin de gagner un arbitrage", a-t-il déclaré à l'AFP, alors que "les 150" ont envoyé une lettre lundi à Emmanuel Macron pour déplorer le manque de "soutien clair" du gouvernement pour leurs propositions, dont le président s'est engagé à reprendre 146 sur 149. "C'est bien qu'on se pose enfin la question : est-ce qu'il faut toujours produire plus gros et plus lourd", a ajouté Grégoire Fraty.

Le WWF s'est félicité de ce "premier pas" qui "reconnaît la nécessité de prendre en compte le poids des voitures pour freiner la progression fulgurante des SUV en France depuis dix ans". L'ONG, qui avait publié la semaine dernière un rapport estimant"incompatible" la croissance du marché des SUV avec le respect des engagements français de réduction des émissions de gaz à effet de serre, a malgré tout regretté que cela ne concerne qu'une "niche" de SUV les plus lourds, le poids moyen des véhicules en France étant de 1.240 kg.

Depuis 2010, le poids moyen des voitures diesel a augmenté de 7%, et celui des essences de 14%, soit environ 100 kg par véhicule, selon le ministère. "Les émissions de CO² des véhicules ont diminué sans discontinuer entre 2009 et 2016, puis se sont stabilisées entre 2016 et 2019 malgré les évolutions des constructeurs", en raison de ces alourdissements, a-t-il ajouté. Il s'agit donc "d'envoyer un signal fort", avance l'entourage de la ministre, pour qui "c'est une incitation à ne pas surconsommer de très gros modèles très lourds, mais aussi une incitation pour que l'ensemble de la filière prenne davantage en compte l'ensemble de l'empreinte écologique de leurs produits, et pas seulement les émissions".

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.