Attentats : le système national d'alerte jugé "défaillant" et "obsolète"

Attentats : le système national d'alerte jugé "défaillant" et "obsolète"©Panoramic

6Medias avec vidéo NouvelObs, publié le samedi 05 août 2017 à 14h30

Le constat est sans appel : c'est un grand loupé ! Selon un rapport du Sénat, qui sera publié officiellement le 7 août mais que Le Monde a pu consulter, la France dispose d'outils totalement insuffisants pour informer sa population en cas d'attaque terroriste.

Dans son rapport d'information, le sénateur de la Sarthe Jean-Pierre Vogel (Les Républicains), expert en sécurité civile, ne mâche pas ses mots et affirme que le système national d'alerte de la population en cas d'évènement grave (SAIP) est "obsolète", "défaillant" et "contestable".

Jean-Pierre Vogel souligne notamment que l'application mobile Alerte attentat, lancée lors de l'Euro de football en 2016, cumule les défaillances. Le Monde rappelle que l'application a été conçue dans l'urgence, en à peine cinq mois, et que la décision de la créer a été prise en janvier 2016, dans la foulée des attentats du 13 novembre 2015.

Premier problème : seules 900 000 personnes l'ont téléchargé. Or, il faudrait un seuil minimal de cinq millions d'utilisateurs afin "qu'une masse critique" permettant d'alerter correctement sur une zone de danger précise soit atteinte, selon le rapport du sénateur Vogel.

Deuxième problème : l'application n'a pas tenu ses promesses sur le plan technique. La seule fois où elle a été activée en conditions réelles, lors des attentats de Nice en juillet 2016, le message d'alerte a été envoyé plus de deux heures après les faits. Après Nice, l'application a été activée lors d'une prise d'otages présumée dans le quartier des Halles à Paris en septembre 2016, qui s'est révélée être un canular téléphonique.



Un constat alarmant alors que la France est en état d'urgence depuis novembre 2015, en raison de la menace terroriste élevée. Ces défaillances ont d'ailleurs conduit la Préfecture de police de Paris à privilégier la communication via son compte Twitter, qui compte 345 000 abonnés, lors des attaques au Louvre (février) et sur les Champs-Elysées (avril).

Le sénateur Vogel préconise de faire appel au "Cell broadcast", soit l'envoi direct de SMS d'alerte sur le téléphone portable. La technique permet d'atteindre un public très large évitant le filtre du téléchargement ou n'excluant pas les personnes non munies d'un smartphone ou les touristes étrangers. Ce système était envisagé depuis 2011 dans l'Hexagone, alors que la décision d'organiser l'Euro en France remonte à 2010, conclut Le Monde.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU